La réquisition, la dernière arme du gouvernement contre la grève générale

réquisition l'économiste maghrébin

Face à la grève générale, le gouvernement a décidé de recourir à la réquisition. Et ce, pour assurer un minimum de services, notamment les services vitaux. Cependant, il semble que cette décision ne peut pas être appliquée, pour plusieurs raisons. 

En effet, la Présidence du gouvernement a publié au JORT un décret qui porte sur la réquisition de plusieurs fonctionnaires. Ils devraient assurer un service minimum.

Ainsi, intervenant sur les ondes radiophoniques, le porte-parole de l’UGTT, Sami Tahri, a affirmé que ce décret comporte plusieurs lacunes. La première est relative au timing de la réquisition. Il dévoile la volonté du gouvernement de faire échouer la grève générale. De plus, le décret a été publié hier, 16 janvier. Ce qui ne donne pas assez de temps aux fonctionnaires pour s’arranger et rejoindre leur poste de travail.

Par ailleurs, Sami Tahri a rappelé que le JORT est publié périodiquement le mardi et le vendredi. Contrairement à cette version, publiée hier mercredi, ce qui constitue une première pour lui. Sur un autre volet, il a indiqué que la centrale syndicale préparera une réponse juridique à ce décret. « Le gouvernement veut instrumentaliser la loi pour porter atteinte à un droit constitutionnel, à savoir le droit à la grève », conclut-il

Il est à rappeler que l’article 390 du Code du travail stipule que :« Quiconque n’aura pas déféré aux mesures de réquisition sera passible d’un emprisonnement d’un mois à un an et d’une amende de cent à cinq cents dinars ou de l’une de ces deux peines seulement. En cas de récidive, ces peines sont portées au double. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here