Smart Grid : l’AFD accorde à la STEG un financement de 121 millions d’euros

AFD STEG L'Economiste Maghrébin

LA STEG et l’Agence française de développement (AFD) ont procédé aujourd’hui à la signature à Tunis d’un accord de prêt garanti par l’Etat d’un montant de 120 millions d’euros, soit environ 400 millions de dinars.

L’objectif de ce prêt consiste à financer le projet Smart Grid (Réseau électrique intelligent) de la STEG et le renforcement de l’efficacité énergétique et la maîtrise de la demande énergétique.

La signature de cet accord de prêt s’est déroulée en présence de Ziad Laâdhari, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale et de Slim Feriani, ministre de l’Industrie et des PME.

Les représentants de l’AFD et de la STEG ont également procédé à la signature d’une convention relative à un don d’un million d’euros, soit environ 3,4 millions de dinars au profit de la STEG.

En effet, le projet ambitionne de renforcer l’efficacité énergétique pour faire face à la demande croissante en énergie d’une part et dans la concrétisation de l’engagement de la Tunisie à la réduction de l’effet de serre de 41% à l’horizon de 2030.

Ziad Laâdhari a indiqué lors de son intervention que le projet s’inscrit dans le cadre du renforcement du secteur énergétique et la modernisation des entreprises publiques.

Il a indiqué que les 400 millions de dinars seront accordés à des conditions préférentielles. Ainsi, cela permettra l’amélioration des services de la STEG et fournir des services de qualité pour les consommateurs.  Dans sa première phase, le projet sera à Sfax étant donné que 10% des abonnés de la STEG résident à Sfax. Le gouvernement tient à la pérennité des entreprises publiques, indique-t-il.

De son côté, Slim Feriani, ministre de l’Industrie et des PME, a indiqué lors de son intervention qu’il s’agit d’un événement positif notamment en ce début d’année. De même, le ministre  a indiqué qu’un projet similaire a déjà vu le jour dans le gouvernorat de Tozeur.
400 mille compteurs intelligents à Sfax vont améliorer les services rendus au citoyen. Ces compteurs intelligents donneront des informations fiables aux consommateurs sur  leur consommation.

Pour Laurent Vigué, chargé d’affaire au sein de l’ambassade de France en Tunisie,  il s’agit d’un engagement en commun dans un projet très ambitieux. «  C’est un projet très important pour nous. En plus, il s’agit d’un projet pilote », lance-t-il.

Par ailleurs, le projet cible un secteur essentiel pour le pays, à savoir l’efficacité énergétique. Par ailleurs, il a rappelé qu’il s’agit d’un projet de rationalisation économique. «  C’est très important pour nous de concrétiser ce projet avec un  partenaire comme la STEG. Et nous sommes repartis avec la STEG pour de nouvelles années de travail en commun  », dit-il. Ce projet fera de la STEG la première entreprise publique sur le continent africain à déployer le réseau électrique intelligent pour une meilleure gestion des réseaux énergétiques.  La  durée de remboursement du prêt  est de 20 ans avec une période de grâce de 7 ans.

Le PDG de la STEG, Moncef Harrabi, a  déclaré que tous les pays développés ont adopté  les compteurs intelligents. Il a indiqué qu’il est prévu d’installer 60 mille compteurs intelligents pour le gaz naturel. Grâce à ces dispositifs, il est possible de se passer de la facture intermédiaire. En outre, le consommateur a la possibilité de payer quand il veut.

Gilles Chausse, directeur de l’Agence française de développement (bureau de Tunisie), a indiqué que la STEG est leader en matière de déploiement de smart grid sur le continent africain.  Il déclare en effet : «  C’est un projet à la fois innovant et qui se déploie même dans une première phase à une échelle très importante. Ainsi la STEG est leader en matière de déploiement de smart grid ».

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here