Pour une université tunisienne sans extrémisme violent

extrémisme violent - l'économiste maghrébin

Désormais la lutte contre le terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent cibleront  les universités tunisiennes.  

En effet,  Slim Khalbous, ministre de l’Enseignement supérieur, et les membres de la commission nationale de lutte contre le terrorisme se sont mis  d’accord sur la mise en place de quelques mesures de prévention.

En effet,  les deux partenaires vont lancer  des campagnes de sensibilisation sur la citoyenneté et la prévention contre le terrorisme. Ils mettront  en place un réseau de surveillance pour détecter les manifestations d’extrémisme dans les milieux universitaires. Etudiants, agents de l’administration et psychologues vont y participer.

Au niveau académique, les deux partenaires se pencheront sur la préparation d’une liste des experts et compétences universitaires spécialisés dans le domaine de l’extrémisme violent  et la lutte contre le terrorisme.

4% des terroristes  proviennent l’université,  a déclaré le porte-parole du pôle judiciaire et financier, Sofiene Sliti. L’université a été un terrain favorable pour  l’embrigadement des jeunes et des étudiants en 2012.  Le meilleur exemple en est le sit-in en 2012 précisément des salafistes à la Faculté des Lettres de la Manouba.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here