Ennahdha s’insurge contre les accusations d’assassinats politiques

Les attaques contre le Front populaire, et notamment contre Mongi Rahoui, se font de plus en plus fortes. Abdelkarim Harouni, président du conseil de la choura d’Ennahdha, a appelé à lever l’immunité de Mongi Rahoui. Mohamed Ben Salem, quant à lui, prédit la reprise des assassinats politiques, vu le climat actuel. 

Ainsi, c’est dans ce climat de tensions exacerbées qu’Abdelhamid Jelassi, un des membres du mouvement Ennahdha, souligne que le pays et Ennahdha sont les principaux perdants de l’assassinat de Chokri Belaïd. Et de rappeler le parcours d’homme de la gauche tunisienne de Chokri Belaïd.

Abdelhamid Jelassi : « La vérité au sujet des assassinats doit être révélée »

En outre, revenant sur ces affaires , M. Jelassi insiste sur la nécessité de faire toute la lumière sur ces assassinats. 

Rappelons que ces réactions interviennent après les propos incendiaires de Mongi Rahoui, membre du Front Populaire et président de la commission des finances à l’ARP.

En effet, ce dernier a pointé du doigt Ennahdha. Il accuse le mouvement de se cacher derrière les assassinats de Belaïd et de Brahmi. Il a également souligné que le mouvement a formé un appareil de sécurité secret. Cet appareil secret, dit-il, est composé de personnes ayant des capacités de manier les équipements de surveillance électronique. Et de poursuivre : « Cet organe de sécurité parallèle appartient à quelques dirigeants du mouvement, à l’instar de Rached Ghannouchi, Ali Laârayedh, Noureddine Bhiri et Rafik Abdessalam. »

Enfin, Mongi Rahaoui a déclaré qu’Ennahdha a utilisé cette organisation dans plusieurs manifestations. Elle aurait attaqué les manifestants durant les événement du 9 avril 2012, le 4 décembre 2012, lors de l’attaque contre l’UGTT et au moment des funérailles de Chokri Belaïd.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here