Salma Baccar est pour le maintien du gouvernement Chahed

Chahed L'Economiste Maghrébin
Salma Baccar du parti Al Massar

Entre le maintien du gouvernement Chahed ou son départ, la polémique a fait réagir les militants du parti Al Massar. Même si le parti Al Massar a quitté le gouvernement d’union nationale, depuis le 18 juillet dernier, un grand nombre de militants du parti ne sont pas du même avis et appellent au maintien du gouvernement Chahed jusqu’à 2019.

Salma Baccar, une des dirigeantes du parti Al Massar, déclare à ce propos sur les ondes radiophoniques: « La décision du gel des responsabilités de Samir Taïeb émane de sa personne et non celui du vote ». Selon elle, le gouvernement doit rester en raison de l’absence d’une solution alternative car il s’agit d’un processus politique qui doit se poursuivre jusqu’aux prochaines échéances électorales ».  Elle ajoute: “Chaque ministère doit être évalué par rapport à son bilan: a-t-il réussi dans ses tâches ou a-t-il failli ? A mon sens, le bilan de  Samir Taïeb, ministre de l’Agriculture, de la pêche et des ressources hydrauliques, est positif car il a réussi là où il est aujourd’hui. Il est important de dresser un bilan selon les indicateurs disponibles ». 

Salma Baccar: « Le gouvernement Chahed est devenu un gouvernement d’Ennahdha »

Sur un autre volet, citant l’exemple du retrait du parti Afek Tounes, El Joumhouri  du gouvernement, Salma Baccar déclare : “Ils auraient dû agir autrement et ne pas dépendre du mouvement Ennahdha. Et c’est aussi une des raisons pour lesquelles ce gouvernement  actuel est devenu un gouvernement d’Ennahdha et non plus celui du gouvernement d’union nationale”.

Rappelons qu’il y a plus d’une semaine,  Jounaïdi Abdeljaoued, un des dirigeants du parti Al Massar  a déclaré que le parti n’est plus concerné par ce gouvernement tout en indiquant  qu’un gouvernement qui applique seulement les recommandations des bailleurs de fonds sans pour autant proposer d’autres solutions n’est pas viable car il met en danger la souveraineté du pays. Et qui plus est, un gouvernement qui  n’a pas le soutien de l’Ugtt et l’Utica  ne peut en aucun cas réussir. Selon elle,  le problème n’est pas lié à des personnes mais à un problème de gouvernance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here