Révision à la hausse du SMIG : quelle efficacité ?

révision à la hausse du smig

Le chef du gouvernement Youssef Chahed a ordonné la révision à la hausse du SMIG  de 6% annonce un communiqué rendu public hier 14 juillet, par la Présidence du gouvernement.

D’après la même source cette décision a été fixée et annoncée suite à des concertations  avec les organisations concernées.  Cette augmentation  sera avec un effet rétroactif à partir de mai 2018. La présidence du gouvernement considère que cette décision s’inscrit dans le cadre de l’amélioration du pouvoir d’achat des salariés.

La révision à la hausse du SMIG  intervient dans un contexte particulier où les  entreprises et les  salariés semblent être dans le même pétrin.  Les chefs d’entreprises assistent à la baisse de la compétitivité de leur entreprise, baisse  de la valeur du dinar, multiplication des grèves, climat d’affaires qui n’est point propice pour l’investissement ou l’expansion d’un investissement, cadre fiscal instable et tension avec la centrale syndicale.

Révision à la hausse du SMIG vs inflation

De leur côté les salariés n’arrivent plus à joindre les deux bouts et peine à arrondir les fins du mois. Dégradation du pouvoir d’achat, entreprises qui ne répondent pas aux normes du travail décent et précarité de l’emploi sont les soucis majeurs des salariés. Sur un autre volet, il est à rappeler que la révision à la hausse du smig demeure inférieure au taux de l’inflation qui a atteint 7,8% en juillet 2018.  Avec un taux d’inflation pareil, il serait légitime de se poser la question si une la révision à la hausse du smig va contribuer à l’amélioration du pouvoir d’achat des salariés.

Il semble que pour surpasser les problèmes socio-économiques, il ne suffit pas d’annoncer la révision à la hausse du SMIG ou d’annoncer des  augmentation salariales sans prendre en considération tous les indicateurs économiques dont la majorité sont au rouge. La révision à la hausse des augmentations salariales  doit prendre en considération plusieurs paramètres  à l’instar de l’inflation, la productivité, la compétitivité des entreprises étrangères et la pouvoir d’achat des salariés.

Par

Publié le 15/07/2018 à 10:00

Leave a Reply

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin