Une source d’inspiration nommée Macron

Emmanuel Macron
Photo crédits : https://en.news-front.info

Mais que fait ce petit diablotin de Macron ? Que le premier des Français qui s’apprête à nous rendre une visite que tout le monde espère ici qu’elle fera date, veuille bien m’excuser ; mais voyez avec quel entrain, quelle vista et surtout quelle efficacité, le jeune prodigue de la politique française et mondiale, mène son début de mandat et les affaires de la France.

Pratiquement au pas de charge et sûrement. L’Hexagone se vend bien, et cela devrait nous intéresser. Ah, la France des bons et des mauvais jours ! Le fondateur de « La France en marche » est partout et sur tous les fronts, et cela se voit. Pas de populisme comme celui qui sévit ici ; pas de fausses promesses comme on en fait à la pelle dans ce pays ; mais la vérité toute nue et surtout du concret, chose qui manque le plus à des citoyens qui en ont marre d’attendre, et pour terminer, du panache, chose introuvable chez nos politiciens maison. Et c’est en politique étrangère plus qu’ailleurs, que le talent du président français a trouvé son meilleur terrain d’expression.

De l’imagination aussi, avec cette diplomatie des arts et des lettres qui a le vent en poupe. Une belle trouvaille que cette diplomatie des arts et des lettres et toute en finesse. Il est vrai que le patrimoine est fabuleux, comme les trésors d’intelligence pour le mettre au service de l’économique. Une alliance stratégique entre diplomatie culturelle et diplomatie économique, qui devrait nous donner de la suite dans les idées, même si la démarche n’est pas nouvelle ; sauf que chez nos amis français, on se donne les moyens de ses ambitions.

Et pour gagner la bataille de l’image, il faut tout simplement mettre le prix. Après avoir été un sujet tabou, voilà qu’on remet sur le tapis la défunte ATCE, comme pour mieux reconnaître le nouveau rôle qu’elle pourrait assumer à l’avenir.

La Tunisie n’a-t-elle pas elle aussi un riche patrimoine à faire prévaloir ? Beaucoup de sites archéologiques et de monuments historiques ont du potentiel, mais restent malheureusement, soit inexploités, soit mal mis en valeur. Tant qu’on n’aura pas enfin compris que la conquête de nouveaux marchés passe nécessairement par la mise en place d’une diplomatie culturelle conquérante, on n’avancera pas d’un iota. Et tant qu’on n’aura pas saisi qu’une diplomatie culturelle digne de ce nom ne pourra valoir que par l’usage qu’on aura fait du fait culturel, on n’aura rien compris. Et ce n’est pas un hasard, si le chef de l’Etat français préfère la dénomination diplomatie des arts et des lettres à celle, moins élégante, de diplomatie culturelle. L’issue de la guerre économique se joue avant tout sur les mots. Et à ce niveau, on ne peut pas dire qu’en France, on est à court d’imagination. Courage, culot, imagination et enthousiasme, c’est ce qui manque le plus à une transition démocratique qui cherche encore sa voie. La culture et ses acteurs, un puissant vecteur d’influence ? Je ne vous le fais pas dire.

Et puis cette question : combien d’artistes tunisiens ont été invités à se joindre aux délégations officielles qui se rendent à l’étranger ? A ma connaissance, zéro, et c’est là tout le problème. Je crois qu’il est devenu plus qu’impératif d’intégrer la diplomatie culturelle dans ce qu’on pourrait appeler un dispositif national global, mieux à même de servir les intérêts stratégiques du pays. Une structure chargée de la diplomatie culturelle a été mise en place au sein du ministère des Affaires étrangères. Je suis curieux de savoir si on lui a réellement donné les moyens de son action. Je suis presque certain qu’en plus des capitaines d’industrie, il y aura dans l’avion du président Macron un ou des artistes pour accompagner les desseins économiques de Paris, et ce n’est pas nouveau. On appelle ça, une complicité entre l’art et le monde des affaires savamment entretenue. L’inspiration ? Cela fait longtemps qu’elle a déserté les lieux. On attend avec impatience son retour. Make Tunisia more inspired again; avec une petite variante, cela devrait vous rappeler un certain slogan de campagne de ce type de la Maison Blanche qui s’appelle…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here