Tunisie : nouveau MBA tuniso-canadien destiné aux cadres

MBA Canada Tunisie

Un protocole d’entente vient d’être signé  à l’Ambassade du Canada à Tunis  entre l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal (ESC-UQAM) et plusieurs institutions tunisiennes : l’École supérieure des Sciences économiques et commerciales de Tunis, l’École nationale Supérieure des ingénieurs de Tunis et l’Association tunisienne des énergies renouvelables.

Ce protocole d’entente vise à créer une double diplomation du programme MBA pour cadres (EMBA), spécialisé en gestion de la technologie.

Le programme s’adresse aux cadres en exercice qui possèdent une solide expérience en gestion et qui désirent se spécialiser en gestion de la technologie.

canadaCarole McQueen, ambssadrice du Canada en Tunisie, présente à la cérémonie de signature, a félicité les différents partenaires tunisiens et canadiens pour ce nouveau défi qui reflète les bonnes relations académiques entre nos deux pays. Stéphane Pallage, doyen de ESC-UQAM, a participé à cette cérémonie.

Ce genre d’accord permettra certes un échange de connaissances et un partage d’expériences dans les deux sens.

Notons que les universités francophones au Canada accordent des aides aux étudiants francophones. L’essentiel pour les postulants à une bourse est de faire des efforts et de chercher des opportunités pour subvenir aux besoins de financement de leurs études et de séjour au Canada.

Dans une interview accordée à l’Economiste Maghrébin, Carole McQueen a affirmé que le Canada est dans une position de privilège par rapport à l’émigration. Ces dernières années, les gens qui veulent émigrer vers le Canada sont devenus de plus en plus nombreux. Face à ce flux important d’émigrés, le Canada veut choisir les meilleurs. Certains critères retenus pour l’acceptation des dossiers peuvent être avantageux pour les Tunisiens.

Le premier, c’est celui de pratiquer une des langues parlées au Canada, soit l’anglais ou le français. Le deuxième critère, c’est le niveau d’éducation. Il s’agit de disposer d’une certaine qualification à même de profiter à l’économie canadienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here