Cinéma : au bonheur des coproductions tuniso-françaises

JCC dans les prisons - l'économiste maghrebin

Bonne nouvelle pour le cinéma tunisien : un fonds bilatéral d’aide à la coproduction cinématographique franco-tunisienne vient d’être lancé aujourd’hui, 13 juin, à l’Institut français de Tunis. Retour sur les détails de ce fonds bilatéral.  

Fethi Karrat,  directeur du  Centre National du Cinéma et de l’Image (CNCI), a indiqué que le fonds s’adresse aux  coproductions franco-tunisiennes de longs-métrages ( 60 minutes et plus). Trois genres cinématographiques  sont acceptés, à savoir fiction, documentaire et animation. L’appel à candidature sera lancé au mois de juillet et l’annonce des coproductions admises dans le programme sera faite au mois de novembre. Cependant, «  normalement on va choisir 4 ou 6 films mais si la qualité ne sera pas au rendez-vous, on peut choisir moins », déclare Fethi Kharrat.

Dans le même contexte, il s’est félicité du lancement  du fonds bilatéral.  Répondant à une question relative  à l’amélioration du fonds, il a indiqué qu’il faut se contenter de ce qui existe en attendant l’amélioration.

Christophe Tardieu, directeur général délégué  du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), a indiqué que l’idée répondant aux besoins d’une coproduction faite entre les deux rives de la Méditerranée, à savoir la rive tunisienne et la rive française, surtout qu’il existe une langue et une culture  en commun entre les producteurs  des deux rives, fait-il savoir. Christophe Tardieu a rappelé que l’idée de la convention date d’octobre dernier. Puis au mois de février, le Centre National du cinéma et de l’image animée (CNC) et le Centre National du Cinéma et de l’Image (CNCI) ont signé une convention.

L’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor, de son côté, s’est félicité du lancement du fonds et a indiqué que le montant qui lui est accordé  sera revu à la hausse à partir de la deuxième année.

Notons que l’appel à candidature sera publié au mois de juillet sur les sites du Centre National du Cinéma et de l’Image (CNCI) et celui du  Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here