Textile – habillement: les professionnels tirent la sonnette d’alarme

La nouvelle Fédération tunisienne du textile et de l’habillement (FTTH), créée en mars 2017,  réunit 528 chefs d’entreprise représentant plus de 120 mille emplois sur les 172 mille que compte le secteur, soit près de 70% des emplois des branches textile et habillement en Tunisie.

Lors de cette réunion, le comité provisoire de la FTTH a exposé les motivations de la création de cette nouvelle instance patronale, sa stratégie et ses objectifs pour défendre de manière plus active les intérêts des entreprises du secteur à l’échelle nationale et internationale.

Le Conseil national provisoire de la FTTH, chargé d’organiser les prochaines élections des instances dirigeantes, aura comme première mission de renégocier l’accord global sur l’augmentation des salaires dans le secteur privé, signé le 10 mars dernier par l’UTICA, sans concertation ni prise en compte de la spécificité du secteur textile et de sa fragilité économique conjoncturelle.

Cette augmentation fait, selon les professionnels, peser sur les entreprises textiles un surcoût de charges de 12,35%. Cet accord fait donc peser sur leur compétitivité à l’export et leur pérennité un grave danger.  Pour nombre d’entreprises, déjà essoufflées, cette augmentation est le coup de grâce qui annihile totalement toute perspective de création de nouveaux emplois.

Le secteur textile – habillement en chiffres

L’industrie textile tunisienne connaît plusieurs difficultés dans chacune de ses filières depuis plusieurs années. Son tissu d’entreprises doit faire face à une forte pression concurrentielle venue principalement d’Asie mais également à une explosion structurelle de sa masse salariale.

Le secteur souffre particulièrement de la multiplication des augmentations de salaires et de charges depuis 5 ans, alors même que 70 à 75% de ses coûts de production viennent de sa masse salariale.

Avec 1788 entreprises implantées en Tunisie dont 90% totalement exportatrices, ce secteur est le 2ème exportateur après les industries mécaniques et électriques, représentant plus de 20% du total des exportations tunisiennes et générant 2 258 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’export en 2015, soit en baisse de près de 7,5%.

La baisse de ces exportations a pour première conséquence une réduction du nombre d’emplois, puisque 90% du tissu industriel textile sont composés d’entreprises totalement exportatrices. Durant 5 ans, le secteur a perdu plus de 40 mille emplois sur un total de 172 mille postes, soit une perte d’un quart de ses effectifs, sans parler de la fermeture de près de 400 entreprises.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here