Le café : un bon anti-âge cellulaire ?

Encore une étude qui prouve que les choses simples sont suffisantes pour rester en bonne santé. En effet, les vertus du café se dévoilent encore et encore, avec dans une nouvelle étude la découverte de propriétés anti-inflammatoires, notamment chez les personnes âgées. 

Les scientifiques de la Stanford University School of Medicine ont découvert un lien entre l’âge avancé, l’inflammation systémique, les maladies cardiovasculaires et la consommation de caféine. Pour ce faire, les chercheurs ont réutilisé des données recueillies auparavant pour la réalisation d’une étude sur les processus  immunologiques  du vieillissement. Le recueil des données a permis de mettre en évidence, dans un groupe de personnes âgées, des niveaux plus élevés d’une protéine inflammatoire, la IL-1-bêta.

Dans ce même groupe de personnes présentant une forte activité de cette protéine inflammatoire, près de 9 personnes sur 12 présentaient une pression artérielle plus élevée et par conséquent, un risque de complications cardiovasculaires plus important.

Les scientifiques ont par la suite cherché à déterminer comment la caféine agit positivement sur l’inflammation, mise en évidence dans la première partie de l’étude.

Ainsi, dans un deuxième volet de l’étude lors d’une expérience in vitro, les chercheurs ont mis en contact des cellules immunitaires  avec de la caféine et des facteurs déclenchant l’inflammation, le résultat étant la prévention du déclenchement de l’inflammation dans les cellules en question.

Sachant que l’inflammation mise en évidence dans la première partie de l’étude est impliquée dans la genèse d’un panel de maladies telles que le cancer, la maladie d’Alzheimer, en plus des maladies cardiovasculaires, il s’agit d’une bonne nouvelle pour ceux qui aimeraient retarder les effets de l’âge sur leur santé.

« Nos résultats montrent qu’un processus inflammatoire sous-jacent au vieillissement n’est pas seulement la cause de maladies cardiovasculaires, mais il est le résultat d’événements moléculaires que nous sommes capables de cibler et de combattre », affirme Mark Davis, auteur de l’étude et professeur en microbiologie et en immunologie.

« Que ton aliment soit ta seule médecine », disait  Hippocrate, une vision très juste de la santé qui est toujours d’actualité.

Laisser un commentaire