« Tunisia 2020 », une éclaircie ?!

Assistons-nous aux premiers frémissements annonciateurs d’un réveil de l’économie tunisienne de sa torpeur ?

Tout Tunisien espère entrevoir la fin de la déprédation et souhaite une éclaircie, précédant une véritable amélioration, après avoir vécu dans un environnement figé durant des années, marqué par une croissance atonique, un appareil productif enrayé et un chômage chronique.

La « Conférence internationale sur l’investissement Tunisia 2020», qui s’est tenue les 29 et 30 novembre 2016, pourrait amorcer un changement de la donne économique. C’est un événement dont les préparatifs étaient bien avancés sous le précédent gouvernement, pour se tenir dans les délais fixés sous la nouvelle équipe gouvernementale et avec le même comité d’organisation.

Déjà, la présence de 2.000 participants d’une quarantaine de pays pourrait être considérée comme un signe positif. Mobiliser des soutiens, c’est excellent ! Encore faut-il engranger effectivement les flux financiers pour réaliser des projets marquants parmi les 142 proposés.

Avec ces milliards annoncés, gardons la tête froide et ne nous emballons pas outre mesure. Nous avons déjà fait l’expérience de ce que les annonces tonitruantes de Deauville, Davos et autres G7 nous miroitaient, elles n’avaient correspondu à aucune réalité, sinon à des promesses en l’air. Espérons que nos partenaires ont effectivement levé le pied sur les freins et qu’ils ont compris leur propre intérêt à soutenir la Tunisie, les ajustements pressentis à l’échelle internationale aidant !

Il va de soi qu’à la clôture de cette conférence nos soucis ne se seraient pas dissipés par un coup de baguette magique. En revenant sur terre, nous devons nous atteler à résoudre nos problèmes par nous-mêmes, à mettre en marche une bonne stratégie de suivi de la conférence, condition sine qua non pour concrétiser les promesses et traduire les engagements en actes.

Les retombées réelles de ce grand rendez-vous doivent être précisées, en sachant faire le tri entre les déclarations de principe sans effet tangible et les engagements assurés. Le gouvernement doit s’atteler sans attendre à rétablir la confiance dans l’action publique. Il doit mettre les bouchées doubles et entrer dans le vif du sujet en accélérant la promulgation des lois et des textes d’application indispensables, en veillant à créer un environnement propice.

Il s’agit de vaincre les résistances de la bureaucratie procédurière, qui entrave l’amorce des projets et leur évolution dans des délais raisonnables. Tant de projets d’investissement se trouvent pris au piège par les pressions bureaucratiques des experts ès paperasserie et  les inerties centralisatrices écrasant les initiatives. C’est là qu’il convient d’agir pour réduire la part de l’arbitraire et du copinage. La guerre contre la corruption doit être mener sans répit.

Surtout, il est grand temps de cesser le louvoiement en se penchant sérieusement sur l’élaboration, avec les partenaires sociaux et les formations politiques, d’un nouveau modèle de développement qui fait encore défaut, avec des orientations stratégiques, sur lequel s’articulera la politique de développement sur le long terme. Ce nouveau modèle de développement ne doit pas être l’expression d’un rapport de force politique. Il doit définir, dans le cadre d’une stratégie d’ensemble, les objectifs qu’il convient d’atteindre et les moyens qui permettront d’y parvenir.

Pour terminer sur une note positive, il y a lieu de se féliciter d’avoir organisé cette conférence ne serait-ce que  pour le volet promotionnel qui apporte du baume au cœur, quant à l’image de la Tunisie. Elle contribue à rompre avec les mauvaises nouvelles et donne des signaux rassurants, aussi bien aux Tunisiens qu’au monde.

Un événement de cette taille s’est déroulé sans encombre, c’est un véritable défi sur tous les plans. Après tout, même si la pêche aux milliards s’avérait en deçà des ambitions, cette fête appelée « Tunisia 2020 » représente un retour de l’espoir, en souhaitant qu’il ne soit pas fugace ! Comme le disait avec un certain humour et franchise le vice-Premier ministre pour les Affaires économiques et ministre d’État pour les investissements du Royaume hachémite de Jordanie, Jawad Anani en citant Al Moutanabi : « Si tu n’as à offrir ni cheval pur-sang ni argent, que la bonne parole te rende heureux »  لا خَيْلَ عِندَكَ تُهْديهَا وَلا مالُ فَليُسْعِدِ / النُّطْقُ إنْ لم تُسعِدِ الحالُ !

Au-delà de cette anecdote, il faut, à tout prix, trouver une éclaircie dans un ciel social nuageux. En sortant leur calculette, les éminentes matières grises de l’écurie gouvernementale seraient mieux inspirées de nous démontrer aussi que les bonnes causes ne doivent pas être toujours éphémères.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here