Être jeune en Tunisie aujourd’hui et demain

Jeunes L'Economiste Maghrébin

Comment nos jeunes jugent-ils la situation du pays ? Quelles sont leurs préoccupations? C’est autour de ces questions que SIGMA et la fondation Konrad Adenauer  ont organisé jeudi 24 novembre une conférence-débat sur le thème : « Être jeune en Tunisie aujourd’hui et demain ».

Être jeune aujourd’hui c’est être confronté à la problématique de l’emploi, à la tentation de l’émigration, à l’immigration clandestine, aux fléaux de l’extrémisme, à la violence…

Selon le sondage de Sigma, 70%  des jeunes de 18 ans à 35 ans estiment que la Tunisie est sur la mauvaise voie et que la situation s’est détériorée par rapport à leurs attentes de la révolution.

« L’évaluation de la situation actuelle et le moral en berne des jeunes Tunisiens découlent de la précarité ambiante et de la difficulté à accéder à l’emploi, principale préoccupation des jeunes« , souligne Hassen Zargouni, directeur de Sigma Conseil, qui ajoute que 68% des préoccupations des jeunes concernent précisément l’emploi .

D’après lui, les jeunes d’aujourd’hui  ne sont plus disposés à patienter. Or, si la grande majorité porte un regard critique sur la situation actuelle, quoi que l’on dise la jeunesse reste le plus bel âge. Pour autant,  49% des sondés rencontrent plusieurs difficultés dans leur vie quotidienne, soit à travers la marginalisation, relation conflictuelle avec les agents de l’ordre, la drogue, la violence… « Ces jeunes ont un problème de valeurs et d’identification« , renchérit le responsable de SIGMA.

Contre toute attente, alors que l’accès à l’emploi semble être la principale préoccupation des jeunes, 55% d’entre eux déclarent percevoir  le travail comme une contrainte, juste pour subvenir à leurs besoins, et non pas comme un vecteur d’épanouissement. Ils sont contredits par 18% des sondés.

Au final, l’enquête montre que le travail n’est pas érigé en tant que valeur émancipatrice, mais “travailler pour gagner de l’argent seulement”, précise-t-il, en poursuivant: “C’est à la famille et à l’école de montrer en quoi le travail est une valeur en soi. Aujourd’hui, on n’apprend pas assez à l’école l’importance de la valeur travail ».

Quant à la perception des responsables gouvernementaux sur la jeunesse, 3%seulement des jeunes estiment que les politiciens s’intéressent à eux encore moins à leurs préoccupations. Le problème est lié à un manque total de vision que les jeunes perçoivent chez les politiques.

De son côté, Hardy Ostry, représentant de la coopération internationale à la fondation Konrad Adenauer Stiftung,  soutient que les résultats sont ambigus car ils reflètent la déception des jeunes vis-à-vis de la politique, notamment après le 14 janvier 2011.

Il précise dans ce contexte: “Nous sommes à quelques jours de la Conférence internationale sur l’investissement. Il est très important d’investir dans la jeunesse. Aujourd’hui, le rôle de  l’Etat a changé. L’Etat ne doit pas tout assurer. L’Etat peut contribuer à l’encadrement et à la création d’un cadre propice à l’innovation et à la création de projets« . Et d’ajouter:  “Si on veut que la Tunisie avance sur les voies économique et sociale, il va falloir motiver et mobiliser les jeunes« .

Il conclut :   » Il n’empêche que les  jeunes doivent se prendre en main et ne pas hésiter à s’engager dans le développement du pays. Nous soutenons les jeunes à travers des micro-projets. Le potentiel est là. Mais les jeunes ont besoin d’encadrement et d’accompagnement pour se  développer et être plus dynamiques. Les jeunes d’aujourd’hui ont besoin d’espoir ».

[raside number= »2″ tag= »jeunes tunisiens « ]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here