Béji Caïd Essebsi met les points sur les i

Sommet de l'Organisation de coopération islamique
BCE représente la Tunisie au Sommet de l'OCI, en Arabie saoudite

Le Président de la République a accordé hier soir une interview à la chaîne TV privée El Hiwar Ettounsi. Au menu : la loi de Finances pour 2017, la justice transitionnelle et bien d’autres sujets . Retour sur les principaux sujets évoqués…

A propos de la relance économique, le Président de la République a réaffirmé son engagement pour booster l’économie du pays à travers des réformes en soulignant qu’il faut donner de l’espoir et de se projeter vers l’avenir. Pour la Tunisie, nous sommes prêts au sacrifice. Il faut trouver une solution urgente.

Il a appelé à redoubler d’efforts pour une sortie de crise.  Evoquant les augmentations salariales que préconise l’UGTT, il souligne : « Je pense qu’entre l’UGTT et le gouvernement d’Union nationale il y aura un consensus autour de cette question et bien d’autres. Et je crois fermement au dialogue afin d’arriver à cette stabilité sociale. L’objectif  ultime n’a pas changé, c’est celui de relancer la productivité« .

Dans ce même contexte,  Béji Caïd Essebsi  a fait savoir que « en politique, c’est le résultat qui compte car la situation est aujourd’hui chaotique. Selon le rapport de Davos  la Tunisie a beaucoup régressé en termes de productivité   durant les cinq dernières années. Nous devons faciliter les difficultés administratives pour favoriser un climat propice à l’investissement », dit-il.

Interrogé sur la crise  à Nidaa Tounes, le Président de la République  a rappelé qu’il n’a nullement l’intention d’intervenir du moment qu’ils placent leurs propres intérêts au-dessus de l’intérêt du pays.

Interpellé sur  les relations entres la Tunisie et les Etats-Unis après l’élection de Donald Trump, BCE a affirmé que la relation entre les deux pays ne date pas d’hier.  « Nos relations avec les USA datent de plus de 250 ans. Pour l’heure, ce qui importe c’est la lutte contre le terrorisme. Il va falloir conjuguer nos efforts et favoriser les échanges de renseignements, c’est dans l’intérêt général« , a-t-il rappelé.

Le Président de la République a démenti  l’existence d’une base militaire américaine sur le sol tunisien.  « 70 formateurs américains entraînent nos militaires sur comment manipuler les drones et bien d’autres”, a-t-il précisé.

Quant à l’affaire de Lotfi Naguedh, le Président de la République a déclaré qu’il respecte l’indépendance de la justice, mais se dit étonné par le dernier verdict.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here