UGTT : «Les deux gouvernements de Habib Essid ont échoué»

négociations sociales - L'Economiste Maghrébin
Place Mohamed Ali

Sami Tahri, porte-parole et  secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), a affirmé à leconomistemaghrebin.com que l’UGTT revendique un dialogue avec toutes les parties prenantes afin d’aboutir à une conception commune d’un nouveau gouvernement.

Tout en renouvelant le refus catégorique de l’UGTT d’intégrer par principe tout gouvernement, Sami Tahri a précisé que le dialogue doit aboutir à un maximum possible de consensus concernant la composition d’un éventuel nouveau gouvernement. D’après lui, cela devrait se faire sans précipitation et après mûre réflexion.

Notre interlocuteur a estimé que tout le monde est unanime sur le fait que le problème n’est pas un problème de personnes, mais plutôt de programme gouvernemental. De plus, il est impératif d’éviter « les nominations partisanes », indique-t-il.

Ainsi, le nouveau gouvernement ne doit pas connaître le même sort que le deuxième gouvernement d’Habib Essid, après le remaniement. « C’était un gouvernement mort-né », affirme-t-il.

Répondant à notre question sur le bilan des deux gouvernements d’Habib Essid, il a estimé que le premier gouvernement a tenté de réaliser ses objectifs, mais il a échoué et quant au deuxième, son échec est dû à son inaction.

Par ailleurs, notre interlocuteur a rappelé que la centrale syndicale gardera la même distance par rapport à tous les partis politiques pendant le dialogue et a recommandé une solution immédiate du dossier « surtout que le Président de la République a entravé le travail du gouvernement actuel avec l’initiative de la formation d’un gouvernement d’union nationale », conclut-il.

Annoncé par le président de la République, lors d’une interview exclusive accordée à Wataniya 1, le gouvernement d’union nationale est un passage obligé pour Béji Caïd Essebsi. Ce gouvernement, devrait englober outre les partis politiques, les centrale syndicale (UGTT) et  patronale (UTICA).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here