Tunis : Le CJD présente sa stratégie 2016 – 2017

Le Centre des jeunes dirigeants d’entreprises ( CJD ) a présenté hier sa stratégie pour la période 2016-2017, et ce, en présence de Hardy Ostry, représentant résident de la Konrad-Adenauer-Stiftung, Yassine Brahim, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, et de Hans-Gert Pöttering, l’ancien président du Parlement européen.

Le nouveau bureau élu, le 11 décembre dernier pour un mandat de deux ans, a annoncé avoir choisi de travailler sur deux axes stratégiques, à savoir la force du réseau et la force de proposition, sous le slogan « Agitateurs de performances ».

Bureau CJD 2016
Bureau CJD 2016

Incubateur d’idées, le CJD s’attachera en effet à faire valoir une identité forte, à partager des valeurs et des projets et également à peser sur les comportements et les choix des décideurs économiques, politiques et sociaux.

Ce mouvement patronal multisectoriel de jeunes dirigeants responsables, compétents, rayonnant sur son écosystème d’une façon locale, régionale et nationale se veut être le représentant du tissu économique de la Tunisie de demain.

Objectif : poursuivre une mission fédératrice et universelle, porteuse de valeurs humaines et d’efficacité économique, mission qui défend un ‘’libéralisme responsable’’, plaçant l’humain au cœur de toutes les préoccupations et mettant ‘’l’économie au service de l’homme’’.  La mise en œuvre de cette mission se fonde sur le principe de ‘’La performance globale’’ qui associe, à la performance économique de l’entreprise, une dimension sociale, sociétale et environnementale.

A l’ouverture de cette conférence, Yassine Brahim à souligné dans son intervention, que l’année 2016 sera l’année de l’accélération des reformes sur tous les plans, notamment les reformes législatives et administratives, insistant sur la nécessité de changer les mentalités et de développer davantage la culture de responsabilité au niveau local et central.
Yassin Brahim a ajouté que plusieurs reformes sont déjà engagées, et autres en cours, citant en exemples le nouveau code d’investissement, qui accordera une importance particulière dans ces orientations au développement régional.

Il a également insisté sur l’importance de combattre la bureaucratie et d’alléger les procédures en vue d’encourager l’initiative permettant la création de richesses.

Hans-Gert Pöttering a, de son côté, rappelé que les derniers événements ont montré qu’il y a en Tunisie beaucoup de pain sur la planche! « Malgré les circonstances et les épreuves difficiles par lesquelles passent encore une fois le pays, la Tunisie est toujours un modèle à suivre dans la région », a-t-il ajouté.

A l’occaion de la présentation de la stratégie du mandat 2016-2017 du CJD Tunisie, Mme Wafa Laamiri, présidente nationale du CJD, a appelé les jeunes dirigeants à garder confiance en eux-mêmes, en leur potentiel et en leur pays, en gardant à l’esprit que le CJD est là en tant que mouvement partageant des valeurs fortes de solidarité pour avancer ensemble dans leurs entreprises.

Wafa Laamiri présidente CJD
Wafa Laamiri présidente CJD

La présidente du CJD a, par la même occasion, mis en exergue les trois ambitions du CJD Tunisie, à savoir :

  • « Agir pour être une force de proposition, partenaire des réformes et de l’action constructive : pour un CJD dynamique, engagé et influent, en vue de transformer l’entrepreneuriat et l’entreprise et favoriser la croissance;
  • Œuvrer pour un environnement pacifié, une convergence régionale et la cohésion sociale: encourager le dialogue social entre les partenaires, promouvoir les valeurs du CJD (responsabilité, solidarité, éthique, loyauté, courage, innovation, performance);
  • Œuvrer pour un environnement participatif et favorable à l’initiative : ôter les entraves que rencontrent les dirigeants dans les différents secteurs et œuvrer à mettre en place un cadre réglementaire qui favorise la création de valeur ».

S’adressant aux partenaires institutionnels internationaux, la présidente du CJD n’a pas manqué de souligner qu’il ne suffit pas d’aider, mais qu’il faut surtout croire au potentiel des jeunes dirigeants.

Profitant de la présence d’un membre du gouvernement, Mme Laamiri s’est adressée aux pouvoirs publics pour préciser que le jeune dirigeant et son entreprise ne peuvent plus rester en situation d’attente de réformes, et continuer à subir un état d’urgence sécuritaire, économique, social et politique.

« Il faut faire confiance à la jeunesse de ce pays, être à l’écoute de ses recommandations et instaurer un vrai dialogue parce que c’est ensemble qu’on fera de cette jeunesse, une jeunesse citoyenne et confiante dans l’avenir de son pays, lui permettant de contribuer à le faire avancer », a-t-elle conclu.

Le nouveau bureau exécutif national du CJD Tunisie élu pour le mandat 2015 – 2017  :

Wafa Laamiri : Présidente nationale

Moez El Ghali : Premier vice-président / Chargé du sponsoring

Mouna Chaieb : Deuxième vice-président / Chargée de la formation

Mohamed Hachicha : Trésorier / Chargé de la formation

Les Membres :

Mehdi Sellami : chargé de la formation

Emna Ben Yedder  et Neila Ben Zina : chargées du partenariat, projets et fonds

Mohamed Krid  et Nadaa Ghozzi : chargés de la communication et relations avec la presse

Amira Ellouze et Mounir Hbaieb : chargés de l’entrepreneuriat

Melik Guellaty : chargé de l’entrepreneuriat et des relations internationales

Dhia Ben Letaifa : chargé des relations internationales

Mehdi Allani et Amin Sellami: chargés du développement régional et réseau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here