T. Chérif : augmentations salariales riment avec productivité et assiduité

augmentations salariales- l'économiste maghrebin

L’accord sur les augmentations salariales relatives au secteur privé a été signé, hier, par les représentants de l’UTICA et de l’UGTT, portant sur un taux de 6% d’augmentation, dix dinars de prime de transport et trois dinars de prime d’assiduité.

Tarek Cherif L'Economiste MaghrébinCet accord relève que ladite augmentation sera appliquée avec effet rétroactif à compter du mois de septembre 2015. De ce fait, le calendrier des grèves qui avait été planifié dans tous les gouvernorats de la Tunisie a été suspendu.

En réaction, Tarek Chérif, chef d’entreprise et président de la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie ( Conect ), nous a précisé que les employeurs défendent le droit des travailleurs à une augmentation salariale, à condition qu’il y ait plus de productivité et d’assiduité.
Autrement, cette augmentation va, selon ses propos, compliquer la situation critique des entreprises tunisiennes, notamment les petites et moyennes entreprises ( PME ) qui vont s’essouffler.

« Elles ne pourront pas supporter cette augmentation et, essentiellement, le surcoût de l’effet rétroactif; sachant que les problèmes de productivité et d’absentéisme persistent », a souligné M. Chérif.

Il a, en effet, affirmé qu’il faut que les entreprises soient plus compétitives pour garantir la compétitivité de la Tunisie par rapport aux autres pays. « Maintenant, après la signature de cet accord, nous espérons que cette augmentation salariale ne fragilisera pas davantage les entreprises tunisiennes », conclut-il.

A noter que l’accord sur les augmentations salariales dans le secteur public a été conclu entre l’UGTT et le gouvernement, pour un montant de l’ordre de 50 à 60 dinars pour tous les salariés.

Article précédentALECA – agriculture tunisienne : quels enjeux ?
Article suivantMédias : Le SNJT tire la sonnette d’alarme
Imen ZINE-Journaliste
Imen ZINE est Journaliste spécialisée en Economie depuis Janvier 2008. Elle occupe ce poste à L’Economiste Maghrébin depuis Mars 2012. Elle a obtenu une maîtrise en Journalisme francophone de l’Institut du Journalisme et des Sciences de l’Information de Tunis (IPSI) en Juin 2005.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here