Habib Essid – ARP : « Nous sommes dans une guerre féroce »

Suite à l’agression terroriste de mardi 24 novembre, l’ARP a tenu aujourd’hui une séance plénière consacrée à la situation sécuritaire du pays, ainsi qu’au budget qui sera affecté à la lutte antiterroriste et à l’activation du Fonds national de lutte contre le terrorisme. Le Chef du gouvernement Habib Essid a dressé à cette occasion un bilan de la situation générale.

« Compte tenu de la situation que vit le pays en ce moment, les Tunisiens s’attendent  à ce qu’on assure leur sécurité et qu’on préserve et augmente leur pouvoir d’achat. Il est de notre devoir de réaliser ces attentes « , a déclaré le Chef du gouvernement, rappelant que 80% de ce qui était prévu dans le programme de son gouvernement a été réalisé.

La sécurité au cœur du débat à l’ARP

« Nous sommes dans une guerre féroce », a annoncé le Chef du gouvernement lors de son allocution, déclarant qu’il fallait multiplier les efforts et mobiliser les compétences afin de vaincre le terrorisme. Il a estimé que les nouvelles mesures en matière de lutte contre le terrorisme visent à affermir cette stratégie, en particulier la loi antiterroriste qui sera appliquée avec fermeté.

« Il faut prendre le mal à la racine, en s’attaquant aux problèmes réels, tels que le contrôle de toutes les pages des réseaux sociaux qui font l’apologie du terrorisme et leur fermeture, » a continuéHabib Essid.

Et de poursuivre : « Nous avons réalisé beaucoup d’exploits, démantelé plusieurs réseaux, des cellules dormantes et nous avons arrêté plusieurs terroristes ».

Face à ces nombreux défis, alors que la Tunisie traverse une période critique de transition démocratique, « l’Etat doit être le plus fort », a-t-il ajouté.


Sur le plan économique, il a fait savoir que le secteur numérique présentera plus de 32.000 offres d’emploi, afin d’atteindre d’ici les cinq prochaines années 50.000 offres. Essid a fait remarquer que le gouvernement dispose d’une stratégie en matière de réformes fiscale, douanière, budgétaire, en faveur de l’insertion sociale.

« L’Etat doit être fort, solide et inébranlable », a-t-il conclu son allocution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here