Tunisie : Regards croisés sur les augmentations salariales

Crédit photo : UGTT

nesma--Le secrétaire général adjoint de l’UGTT, Samir Cheffi, l’économiste Ezzedine Saïdane et le président de la commission des affaires sociales à l’UTICA, Khalil Ghariani étaient les invités de Ness Nesma pour parler des négociations sociales dans le secteur privé et des grèves. L’émission a coïncidée avec la grève générale décrétée au gouvernorat de Sfax.

Le secrétaire général adjoint de l’UGTT, Samir Cheffi a déclaré qu’il est hors de question que le peuple tunisien continue à supporter la précarité et la pauvreté de génération en génération. Dans le même contexte, le syndicaliste a estimé qu’un salaire décent ne peut pas être au dessous de 750 dinars d’après des spécialistes qu’il a cité : « plusieurs spécialistes en économie ont affirmé que le SMIG en Tunisie doit atteindre 750 dinars ». Sami Cheffi a indiqué que le SMIG ne dépasse pas les 350 dinars. Se référant aux SMIG de quelques secteurs, il a affirmé que le SMIG au secteur du textile tourne autour de 416 dinars bruts, dans le secteur des cuirs et chaussures, il est de 360 dinars. Par ailleurs, il a signalé l’existence d’inégalités sociales : « de nos jours, certains sont payé 150 mille dinars et d’autres sont payés 150 dinars » indique-t-il.

L’économiste Ezzedine Saïdane a , quant à lui, rappelé que dans un contexte économique difficile, toute augmentation salariale se transforme automatiquement en une inflation. Pour argumenter ses propos, il a rappelé qu’en 2010, la masse salariale de la fonction publique coûtait à l’Etat 3,6 MD pour atteindre 13MD en 2013. « La situation du fonctionnaire de l’Etat c’est-elle améliorée ? D’ailleurs, un grande partie de l’inflation dans le pays  est due aux augmentations salariales dans le secteur privé et dans la fonction publique sans qu’il y ait une amélioration de la production ou de la  productivité au retour » remarque-t-il.

Par ailleurs, l’économiste a indiqué que de nos jours on parle d’augmentations salariales pour ceux qui ont déjà un emploi tout en ignorant les chômeurs et ceux qui souffrent de la pauvreté : « en Tunisie, nous avons 2 millions de personnes qui vivent sous le joug de la pauvreté et qui ne sont pas concernées par les augmentations salariales ».
L’économiste a rappelé que le taux de croissance de 2015 était négatif. « Les trois paramètres de la croissance sont en faille : la consommation ne fonctionne pas à cause d’un pouvoir d’achat faible, l’exportation passe par une période de crise à cause d’un déficit commercial et l’investissement a connu une régression considérable » S’inquiète-il .

Pour lui, la solution demeure le sauvetage de l’économie « et cela ne se fera qu’à travers l’investissement » affirme-t-il. Commentant les répercussions de la grève, l’économiste a indiqué que les grèves bloquent la production tout en indiquant que toute grève engendre des pertes ce qui contribue à la chute du taux de croissance à moyen terme et la fuite des investisseurs à long terme.

Le président de la commission des affaires sociales à l’UTICA, Khalil Ghariani, quant à lui, a indiqué que l’UTICA demeure partante pour le dialogue et le fait qu’elle ait accepté le principe des augmentations salariales le montre bel et bien. Cependant la problématique réside dans le « comment déterminer le taux des augmentations salariales ». Il a déclaré que lors des négociations, la délégation de l’UGTT a refusé de prendre en considération la situation économique du pays. Khalil Ghariani a souligné l’importance de l’instauration de la paix sociale comme solution permettant la relance de l’économie et de la production. « D’une part l’UGTT reconnait l’existence d’un contexte économique difficile et d’autre part elle tient à un taux d’augmentation salariale de 12% » s’interroge-t-il et de rappeler que les augmentations salariales ne sont pas une solution efficace pour les problèmes des ouvriers surtout que les augmentations se font chaque année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here