Ezzeddine Saïdane : 2016 et 2017 seront difficiles pour la Tunisie

« Les années 2017 et 2018 seront des années difficiles pour la Tunisie », déclare l’économiste Ezzeddine Saïdane à leconomistemaghrebin, lors d’une interview exclusive.

D’après lui, l’endettement qui a été contracté après le 14 janvier a engendré une grosse accumulation d’échéances qui vont tomber à partir de 2016 et 2017 : « La question que l’on se pose : la Tunisie est-elle capable de rembourser ses dettes ? », s’interroge-t-il. Pour lui, cette question mérite une réponse car il ne faut pas attendre le jour « j » pour évaluer la capacité du pays à gérer ses dettes.

Que va-t-il se passer ?  » La Tunisie sera obligée de rééchelonner ses dettes alors qu’elle a mis 50 ans pour créer une image d’un pays qui honore ses dettes à temps « .  et de poursuivre : « Si nous perdons cet important acquis, le pays perdra sa crédibilité et tout endettement futur qui sera contracté par la Tunisie se fera à des conditions sévères et c’est un crime vis-à-vis des générations futures », dit-il. D’après l’économiste, dans ce cas les générations futures tunisiennes se trouveront dans l’obligation de vivre avec une croissance très faible ou de payer un coût excessivement cher.

Répondant à une question qui porte sur la loi de réconciliation économique, le spécialiste a indiqué que « si on avait avancé au niveau de la justice transitionnelle, aujourd’hui cette problématique n’existerait pas car c’est ce retard qui la justifie ». Dans le même contexte, il a indiqué que le projet de loi a besoin d’être revu sur plusieurs points. :« C’est une bataille sur laquelle se focalisent toutes les forces du pays et le pays est oublié dans tout ça ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here