La dévaluation du yuan, une aubaine pour l’économie algérienne

Plusieurs économistes algériens estiment que la dévaluation de la monnaie chinoise pourrait se traduire par une baisse de la facture des importations algériennes provenant  de la deuxième économie mondiale, en raison de la hausse du pouvoir d’achat du dollar face au yuan.

Depuis 2013, rappelle notre confrère algérois Al Watan,  la Chine est devenue le premier fournisseur de l’Algérie: libellées en dollars, les exportations chinoises vers l’ Algérie ont atteint  6,82 milliards de dollars en 2013, pour augmenter à 8,2 milliards de dollars  en 2014, et se sont établies à 4,33 milliards de dollars au 1er semestre 2015.

« La dévaluation du yuan, décidée par les autorités monétaires chinoises, est une mesure destinée à rendre les exportations de ce pays asiatique plus compétitives sur le plan prix », explique Kamel Rezzig, économiste et universitaire. Et d’ajouter : il est sûr que l’ Algérie devrait payer moins avec un dollar plus onéreux par rapport au yuan en rappelant qu’il s’agit d’une dépréciation conjoncturelle imposée par la situation morose de l’économie chinoise et destinée à relancer les exportations en les rendant moins chères.

Toujours selon Al Watan, l’emballement des importations de biens et la baisse des exportations s’étaient traduits par une forte contraction de l’excédent  commercial sur l’année 2014, en s’établissant à seulement 0,59 milliard de dollars contre 9,73 milliards de dollars en 2013, soit le plus faible excédent commercial  depuis l’année 1998.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here