Tunisie : les femmes et les jeunes d’abord…

femmes arabes

« Le Printemps arabe et le rôle des jeunes, des femmes et des médias sociaux« , tel était le thème principal de la deuxième journée tenue à Tunis dans le cadre du Forum mondial sur la démocratie directe. Quel rôle ont joué les jeunes, les femmes et  les médias sociaux dans le Printemps arabe ?

Rafik Halouani, coordinateur général du réseau « Mourakiboune « a fait savoir que les élections législatives et présidentielles ont été marquées par un faible taux de participation des jeunes aux élections. Cela est imputable, selon lui, à la grande déception des jeunes quant à leurs aspirations à l’emploi et au développement.

Anne-Marie Sigmound, présidente du Comité économique et social européen, a pour sa part reconnu sa déception quant à la situation post-révolution. « On espérait tant. On est dans un cercle vicieux. Les témoignanges des jeunes quant au chômage, la pauvreté, la marginalisation…prouvent mes dires« , dit-elle. Et d’ajouter qu’il faut encourager davantage les jeunes et leur donner des opportunités ici et ailleurs. Au niveau européen, il y a beaucoup de programmes et de projets de coopération pour aider la Tunisie à faire de ces jeunes une force sociale et économique. “ Je pense qu’il faut orienter de plus en plus les efforts vers le local (régional) et rassembler les jeunes autour d’un projet (actions citoyennes) pour les motiver parce que chaque action citoyenne est une action autonome. Il faut commencer par le bas de l’ascenceur social », a-t-elle recommandé.

Quant au rôle des femmes dans la transition démocratique, Anne-Marie Sigmound a affirmé que la faible présence des femmes dans les postes de prise de décision ne concerne pas uniquement la Tunisie. C’est un phénomène mondial. Le rôle que joue actuellement la femme tunisienne dans la vie politique est par contre à encourager si on la compare à des expériences similaires européennes.

Pour Amel Azzouz, secrétaire d’État à la Ccoopération internationale, elle a rappelé, dans le même contexte, que la femme tunisienne a participé à la révolution de manière directe et indirecte.  » Travailler et s’occuper  d’une famille n’est pas aussi facile qu’on le pense”, a-t-elle dit.

Les médias sont-ils le problème ou la solution ? 

Au sein de cet atelier sur les  »Médias sociaux et démocratie », en première partie de la session matinale, s’est tenu un débat sur le rôle des médias sociaux dans la démocratisation en Tunisie et dans la consolidation de l’élan démocratique et, partant, révolutionnaire.

Des journalistes et des activistes des Droits de l’homme ont pris part au débat. Par ailleurs, des questions ont été ouvertes au vote telle que la question : «  La démocratie est-elle une conspiration occidentale ou non ?», des participants ont commenté les résultats.

Il est à noter que le Forum clôtura aujourd’hui, dimanche 17 mai 2015, ses travaux et prononcera la déclaration de Tunis par vote final.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here