Le drapeau tunisien au secours du tourisme saharien

Le  2 mai 2015 un drapeau tunisien de 104.544 m2, confectionné par des artisans tunisiens, sera déployé sur le site de Ong Jmal à Nefta du gouvernorat de Tozeur.

Pour promouvoir le tourisme tunisien, les idées ne manquent pas, notamment dans un contexte marqué par le terrorisme et l’instabilité socioéconomiques. Loin des clichés et des prototypes véhiculés sur le tourisme tunisien depuis des années, Souhaib Haddad, directeur de communication et de marketing au sein d’une entreprise, a lancé l’initiative du plus grand drapeau du monde, lors d’une conférence de presse tenue au siège du ministère du Tourisme, aujourd’hui 16 avril en présence de la ministre du Tourisme Selma Elloumi Rekik, Mohamed Ali Toumi, président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages et de Tourisme (FTAV).

drapeau-tunisie-l-economiste-maghrebinPrenant la parole, la ministre du Tourisme Selma Elloumi Rekik, a déclaré que cet événement mettra en valeur l’image d’une Tunisie tolérante et ouverte et s’inscrit dans la vision stratégique du tourisme pour le ministère. Dans le même contexte, la ministre a tenu à saluer tous les intervenants et tous les contributeurs  à la réussite de l’événement, ainsi que les artisans tunisiens qui ont confectionné le drapeau.

Revenant sur le choix du lieu de l’événement, à savoir Ong Jemal à Nefta, la ministre a affirmé que cet événement contribuera à la promotion du tourisme saharien qui constitue l’un des axes majeurs pour le ministère  :  «  Le tourisme saharien est une spécificité tunisienne qu’il faut consolider, notamment après les difficultés qu’il a rencontrées », insiste-t-elle.

Intervenant pour expliquer l’idée, Souhaib Haddad, directeur de communication et de marketing, a affirmé que l’idée a germé déjà au sein de l’entreprise qu’il représente et qui a pris en charge l’événement depuis 2012.

C’est à partir de cette année là que l’aventure a commencé, fait-il savoir à l’auditoire. Pour ce qui est des détails du projet, l’intervenant a affirmé que 80 kilomètres de tissu ont été fournis par une entreprise de textile à Ksar Hellal. Le choix de cette ville est dû à la régression qu’a connue le secteur du textile, notamment dans cette ville. En deuxième étape, la confection du drapeau a été faite à Kairouan, par un nombre considérable d’artisans : «  Nous avons essayé de faire participer un bon nombre d’artisans vu la situation actuelle du secteur et pour montrer au monde que nous avons des compétences  », déclare-t-il.

Interpellé sur le coût total de production du drapeau, M. Haddad a affirmé que les chiffres sont confidentiels, «  peu importe le montant alloué à la production du drapeau, l’essentiel c’est l’effet qu’il fera sur le tourisme tunisien », indique-t-il.

Souhaib Haddad a affirmé que la production du drapeau est tunisienne à 100%, qu’il s’étend sur une superficie de 104.544 m2, d’une dimension de 396 m de longueur et de 264 de largeur. Afin de donner une valeur ajoutée à l’événement, l’intervenant a affirmé que son entreprise s’est adressée à la FTAV, afin de promouvoir  l’événement dans les agences de voyages.

Mohamed Ali Toumi, président de la Fédération tunisienne des agences de voyages ( FTAV ), a affirmé que la commercialisation dans les agences de voyages commencera après la conférence de presse. «  On attendait  la conférence de presse afin qu’on puisse commencer le lancement du produit dans les agences de voyages », affirme-t-il.

Il est à préciser que l’installation du drapeau nécessitera 100 personnes sur une période de 15 jours. D’ailleurs, les parties composant le drapeau ont été transportées sur le site à l’aide de cinq camionnette, affirme Raya Ben Guiza, la chargée de communication de l’événement.

1 COMMENTAIRE

  1. Sixième séjour depuis la révolution, un septième prévu en août.
    Il n’y aura pas de septième voyage…je viens de lire ce qui s’ est passé dans plusieurs lycées tunisiens , des hommages à Hitler et à Daesch!
    Si c’ est ce à cela que rêve la jeunesse tunisienne…alors elle rêverà sans moi et sans les devises que je me faisais un devoir d’ apporter à une jeune démocratie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here