Tunis : Quand la médecine part en guerre contre le terrorisme

Nous vous livrons le témoignage du docteur urgentiste Samir Abdelmoumen qui était le premier médecin sur place lors de l’attaque terroriste survenu hier le 18 mars  au musée national du Bardo. Témoignage émouvant qui donne un certain éclairage sur un certain aspect de l’opération. Rien que de lire le témoignage pour comprendre que la médecine a eu aussi l’honneur de participer au combat. Témoignage…

« Aujourd’hui une journée mémorable dans toute ma carrière médicale d’urgentiste. Mon pays a été attaqué par une bande de sanguinaires, assassins et terroristes. Des citoyens tunisiens, de paisibles innocents étrangers ont été pris en otage , blessés et massacrés, j’étais le 1er médecin avec mon patron à recevoir l’info : « Alerte une fusillade au parlement  » la cellule de crise de la salle de régulation du SAMU 01 a immédiatement déclenché le plan blanc en collaboration avec le SHOCROOM et on a adressé nos premiers moyens de secours avec les ambulances de la PC pour évacuer les premiers blessés par balles puis le dispositif fut monté crescendo pour aboutir à 22 ambulances entre SMUR – PC et on a pu dégager une vingtaine d’équipes médicales sur site entre Médecins du SAMU 01, PC et SAMU militaire.
Une cellule psycho traumatique a été mise en place, toutes les unités chirurgicales et la banque du sang de Tunis alertées à temps: 15 salles opératoires avec leurs équipes chirurgicales prêtes pour entrer en action. Aujourd’hui j’ai compris que ce peuple ne sera jamais vaincu, nous allons gagner cette guerre, aujourd’hui j’ai vu des équipes de PC, infirmiers et médecins hommes et femmes évacuer les premiers blessés sous les balles au risque de leurs vies. Aujourd’hui, j’ai vu les véritables hommes de la BAT, USGN, BNIR, GFS risquer leurs vies pour sauver les otages. Chapeau bas à ces hommes! Aujourd’hui j’ai perdu un HOMME dans l’ambulance juste à la sortie du musée du Bardo, mais aujourd’hui mes équipiers ont pu sauver 39 blessés par balles.
Aujourd’hui je pleure mon fils, le Martyr de la Tunisie Aymen Morjane (un des éléments de la BAT qui s’est entraîné avec nous au SAMU 01 au printemps 2013) autant je suis fier d’être Tunisien j’adore plus mon pays et je suis prêt à le défendre jusqu’à la mort VIVE LA TUNISIE restons SOLIDAIRES! « 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here