Tunisie – Formation et entreprises : la relation n’est pas aussi étroite que cela

La formation des employés n’est pas une priorité pour un nombre important de décideurs des entreprises tunisiennes et même dans le cas où les entreprises tunisiennes mettraient en œuvre des formations pour les employés, les résultats ne sont pas souvent garantis ou en adéquation avec les attentes des décideurs ou des employeurs.

Le problème se pose à plusieurs niveaux, et le chemin est encore long devant les entreprises tunisiennes pour améliorer  leur vision de la formation de leurs employés, déclare Abderraouf Najar, président  d’Espima Business School (EBS). Et de poursuivre :«  En ce qui concerne la qualité de la formation, nous sommes loin des standards internationaux », affirme-t-il. Sans nier toutefois que certaines entreprises sont en bonne voie d’adopter les bonnes mesures grâce à leur prise de conscience que la formation professionnelle est primordiale pour leur essor avant tout.

Mais là où le bât blesse, c’est l’accompagnement et la qualité de la formation : il faut tout d’abord que l’entreprise identifie ses besoins et quant au type de formation à impartir à son personnel.  Le leadership est un autre problème qui se manifeste  :«  Une fois définies les besoins de l’entreprise, les décideurs doivent établir un plan de formation bien précis e sur le long terme. Cela permettra d’éviter des erreurs d’appréciation  préjudiciables pour les ressources de l’entreprise».

Par ailleurs, la relation employeur-employé est fondamentale pour M. Abderraouf Najar, surtout au moment de gérer d’éventuelles crises internes.

Il semble  que l’exemple des entreprises qui exercent dans le domaine de l’énergie illustrent bien cette problématique et puisque leur personnel nécessite des formations appropriées, déclare le  Professeur Mounir Gouga, consultant en énergie et en environnement.   Pour le spécialiste, il faut tirer profit des formations dans l’intérêt des entreprises qui exercent dans le domaine de l’énergie.  «  Les formations en économie, il en existe mais ce n’est pas le cas dans le domaine de l’énergie » et dans ce sens-là, il a affirmé la nécessité de ce genre de formation pour les fonctionnaires  et pour les diplômés.

Pourquoi une société qui travaille dans le domaine de l’énergie devrai-elle  être interpellée par cette formation au profit de ses employés ?  A cause du pari de la compétitivité,  nous répond-il.  Il a plaidé pour une révision de toutes les ressources des entreprises pour éviter le gaspillage en termes de formation de compétences. «  Malheureusement, plusieurs entreprises tunisiennes ne se rendent pas compte de l’importance de la formation professionnelle. Certaines souffrent de problèmes de commercialisation, de marketing, de compétitivité et elles n’ont  jamais investi pour comprendre l’origine de leurs problèmes par des études ou autres moyens. » D’ailleurs, il a constaté que « très souvent  le budget alloué à la formation et le développement des compétences dans les entreprises tunisiennes est très faible par rapport à celui consacré à l’achat des équipements, à la prospection de marché ».

Miser donc sur la formation professionnelle n’est plus un choix, c’est une nécessite imposée par les défis de la compétitivité au niveau local et  mondial, nous dit  Zied Messaoudi, directeur pédagogique  à l’université privée EBS et consultant en formation professionnelle.

« Notre secteur industriel était basé sur la maîtrise du coût de la main-d’œuvre dans des secteurs industriels à faible valeur ajoutée mais avec le changement et l’évolution du domaine industriel, les entreprises ne trouvent pas facilement la main-d’œuvre qualifiée  formée selon des standards internationaux », déclare-t-il avant d’affirmer que c’est un impératif de gérer la stratégie des ressources humaines, du développement personnel, de la gestion de carrière comme des activités stratégiques.

Notre interlocuteur a pointé du doigt un autre souci, à savoir la  définition du département des ressources humaines en Tunisie :  » En Tunisie le département des ressources humaines a pour vocation uniquement de réaliser des tâches administratives comme la préparation des fiches de paie, la rédaction des contrats  et autres formalités »

Expliquant la véritable mission du département des ressources humaines, il a estimé qu’il est appelé à détecter les talents et à développer et travailler en coordination avec les responsables de toute l’équipe de la société  afin de définir les mesures à entreprendre pour améliorer la compétence des employés et  fixer des objectifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here