Tunis – Nouveaux députés : Ils ont dit…

corruption
  • Samia Abbou :  « Le discours d’Ali Ben Salem est révélateur. Il a dit « ce que vous appelez la révolution.. »; Cela veut tout dire. On est face à des gens qui ne croient pas en la révolution du 14 janvier 2011. Hier Nidaa Tounes a refusé d’assister à une réunion des chefs de parti parce que M. Ben Jaâfar y était. Ce sont des gens qui ne croient pas en la démocratie. M. Marzouki n’a pas été invité. C’est un manque de respect aux institutions de l’Etat ». 
  • Mustapha Filali : « C’est une journée historique. Elle est le fruit des efforts post-révolutionnaires. La présence à cette séance inaugurale des militants de l’indépendance et  ceux qui ont combattu la dictature témoigne de l’importance de cette occasion« .
  • Salma Elloumi : « C’ est historique. Le bloc parlementaire de Nidaa Tounes défendra son programme électoral qui lui a valu la confiance des électeurs tunisiens« .
  • Mohamed Frikha : « Ennahdha fera tout pour que l’économie du pays soit remise sur les rails . Je serai fidèle au programme pour lequel j’ai été  élu. Les personnes devraient être jugées sur leurs compétences. La violence qui plane sur la campagne électorale est très dangereuse.  La division nord/ sud n’a pas lieu d’être, elle est assurément condamnable ».
  • Mbarka Brahmi: « Le Front populaire ne compte pas présenter ma candidature à  la présidence du nouveau Parlement. La personne qui a enlevé aujourd’hui la photo de mon mari de l’Assemblée ne fait pas certainement partie de la gauche tunisienne« ,  (sur un ton très ironique). Cela dit, l’absence aujourd’hui du président sortant est vraiment incompréhensible », a-t-elle conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here