La Tunisie achète cher son propre gaz et en devises

Chafik Zerguine, président de la Commission de l’énergie et des secteurs de production à l’Assemblée nationale constituante (ANC), ne mâche pas ses mots : la compagnie Britsh Gas qui exploite exclusivement le champ « Miskar », situé dans le Sud tunisien, est en train de vendre 48% de sa production à la STEG à des prix élevés et en devises de surcroît.

Se  référant au rapport de la Cour des comptes, le constituant, qui a révélé, récemment, faire l’objet de menaces pesant sur sa personne pour  avoir dévoilé certaines informations  relatives au secteur de l’énergie, ajoute que la compagnie britannique, qui devrait reverser à l’Etat 10% de ses bénéfices collectés suite à l’exploitation du gisement de “Miskar”, s’y dérobe : « British Gas  se déclare toujours perdante en gonflant ses charges et en réduisant ses recettes”, a-t-il soutenu.

M. Zerguine a, d’autre part, remis en question la façon dont la compagnie  a pu avoir l’autorisation d’exploiter à 100% ce gisement qui assure la moitié de la production nationale de gaz naturel.

Revenant sur les principaux dépassements enregistrés dans le secteur des hydrocarbures et l’octroi des permis pétroliers, le président de la Commission de l’énergie et des secteurs de production a également relevé que « le rapport de la Cour des comptes a noté la disparition de plusieurs documents importants dont des fiches techniques relatives aux forages, des factures et des cartes du zonage sismique et des gisements », a-t-il affirmé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here