Tunisie – Maghreb: l’économie de la Logistique en cinq axes

Sous les auspices de l’Union du Maghreb Arabe et le haut patronage de la présidence du gouvernement tunisien, le ministère du Transport, et le ministère du Commerce et de l’Artisanat et en partenariat avec l’Union Tunisienne de l’Industrie de Commerce et de l’Artisanat (UTICA), une Conférence Maghrébine portant sur « l’Economie de la Logistique », et un Salon maghrébin et méditerranéen de la logistique se sont ouverts aujourd’hui au siège de l’UTICA.         

Ouvrant les travaux de cette manifestation, Chiheb Ben Ahmed, ministre du Transport, a annoncé aujourd’hui la création d’une zone logistique à Radès qui s’étend sur 50 hectares. Vu l’importance stratégique de cette activité, a ajouté le ministre, une stratégie a été adoptée par la Tunisie pour promouvoir la logistique qui prend en compte les spécificités de la Tunisie, tout en s’inspirant de l’expérience internationale.

Cette stratégie tourne autour de cinq axes principaux :

  1. L’adaptation de l’infrastructure de base aux exigences du transport et de la logistique;
  2. L’organisation de la profession de la logistique;
  3. Le développement des compétences nationales en logistique;
  4. La création d’une structure chargée de la coordination de toutes les activités de logistique;
  5. Le renforcement de l’attractivité de la logistique nationale.

Le ministre a ensuite énuméré les atouts de la Tunisie dans ce domaine, avant de présenter les décisions prises et  déjà mises en œuvre dans le cadre de cette stratégie notamment :

  • La réalisation d’un port en eaux profondes à Enfidha;
  • L’élaboration d’un projet de décret relatif à la création d’une Agence nationale de la logistique qui sera chargée de la coordination des activités de toutes les structures en relation avec cette activité;
  • L’élaboration du cadre juridique relatif aux zones spécifiques dédiées à l’activité de logistique;
  • La mobilisation d’une réserve foncière qui sera mise à la disposition des investisseurs pour la création de zones de stockage et de logistique;
  • La réalisation de zones logistiques modèles et la première zone sera celle du port de Radès.

L’objectif recherché par la mise en œuvre de cette stratégie est l’amélioration du classement mondial de la Tunisie en tant que zone logistique moderne classée actuellement à la 110e  place.

De son côté Laura Baeza, Ambassadeur, chef de la Délégation européenne en Tunisie, a déclaré dans son allocution que cette question de la logistique a déjà fait l’objet de plusieurs études de la Banque Mondiale, de la Banque Européenne d’Investissement et du Forum Euromed Transport.

Toutes ces études démontrent que les acteurs publics et privés, impliqués dans ce secteur partagent un même constat, à savoir :

  • Le retard dans l’intégration du Maghreb ;
  • La dispersion administrative dans le traitement des problèmes du secteur logistique ;
  • La faible participation du secteur privé à l’amélioration de la planification et à l’exécution des plans de mise à niveau du secteur logistique ;
  • Le faible degré d’organisation des entreprises en associations professionnelles dans le secteur logistique, le peu de coopération entre les opérateurs privés ;
  • Le peu de plan de mise à niveau ou retard dans leur application ;
  • Le manque de pression pour améliorer la logistique intérieure des pays.

Mme Baeza a ensuite présenté quelques conclusions du rapport 2014 publié par la Banque Mondiale comportant le classement de 160 pays en matière d’indice de performance logistique, rapport qui indique que :

  • Dans les pays à faible revenu, les avancées les plus notables sont généralement attribuables à l’amélioration de l’infrastructure et de la gestion intégrée du dédouanement aux frontières ;
  • La faible efficacité de la chaîne logistique est le principal obstacle à l’intégration commerciale dans le monde moderne. Dans les pays où les coûts logistiques sont élevés (et c’est le cas des pays maghrébins qui ont des coûts logistiques très élevés de l’ordre de 20% du PIB), ce n’est pas souvent la distance entre les partenaires commerciaux, mais la fiabilité de la chaîne logistique qui est le principal facteur de renchérissement de ces coûts.

L’Ambassadrice de l’UE a ajouté que les pays en tête de liste en termes d’indice de performance logistique sont l’Allemagne suivie des Pays-Bas, de la Belgique et la Grande -Bretagne.

Concernant la Tunisie, Laura Baeza a déclaré que la stratégie de l’UE comprendra :

  • Un projet de jumelage entre la douane tunisienne et une administration douanière européenne;
  •  Un renforcement des services fournis à travers la composante « développement de la compétitivité des secteurs  transport, logistique et manutention;
  • Un jumelage pour la marine marchande;
  • Un jumelage avec la direction générale de l’aviation civile (DGAC).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here