Tunis : la contrebande est un véritable cancer

Intervenant aujourd’hui à l’ouverture  d’une journée commerce parallèle organisée au siège de l’Utica, Mme Wided Bouchamaoui, présidente de la centrale patronale, a affirmé que depuis la Révolution, le phénomène de la contrebande  n’a fait que s’amplifier, même si  cette activité se fait au détriment de l’économie, des consommateurs et de l’Etat.

Cela se traduit, dit-elle, par :

  • Une concurrence déloyale vis-à-vis des opérateurs économiques
  • Des emplois précaires et menacés, voire risqués
  • La mise en danger de la santé et de la sécurité des consommateurs à cause du non-respect des normes de fabrication des produits concernés
  • La fraude fiscale par le non-paiement des droits de douane, des taxes et de l’impôt
  • L’exportation illégale de produits subventionnés
  • Le non-rapatriement de devises après exportation……etc.

Mme Bouchamaoui a ajouté que ce fléau est un véritable cancer qui se propage à un rythme soutenu…Il ne cesse de s’étendre en termes de géographie et de produits. « Serait-il nécessaire de rappeler que la drogue et les armes font aussi partie de ce trafic ? », s’est interrogé Mme Bouchamaoui.

Elle a, par ailleurs, affirmé que pour certaines activités, des entreprises formelles ont totalement disparu et des emplois décents perdus…Ces entreprises ont été remplacées par des réseaux informels et des emplois précaires  non protégés.

Najla Harrouche, ministre du Commerce et de l'Artisanat
Najla Harrouche, ministre du Commerce et de l’Artisanat

Le territoire s’est rétréci et ne couvre plus la totalité du pays. Des zones de non-droit sont apparues dans plusieurs régions et nous constatons avec désolation que le droit tunisien ne s’applique plus sur la totalité du territoire. La corruption envahit ces zones de non-droit et affaiblit l’autorité de l’Etat.

Il est, par conséquent, urgentissime d’agir et de le faire de manière réfléchie.

Pour la première fois, une dimension quantitative de ce problème est donnée grâce à la Banque Mondiale qui a chargé une équipe d’experts  de mesurer et de caractériser la contrebande à travers nos frontières terrestres, en espérant qu’une telle enquête se fasse aussi pour les frontières maritimes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here