Le Maroc entend vendre 1,7 million de tonnes d’engrais à l’Inde en 2023

engrais

L’Office chérifien des phosphates (OCP), qui produit des phosphates et des engrais, entend fournir 1,7 million de tonnes d’engrais phosphatés à l’Inde en 2023.

La société a indiqué dimanche que les accords d’approvisionnement avaient été signés lors de la visite du ministre indien de la Santé, des Produits chimiques et des Engrais, Mansukh Mandavia, à Rabat.

Selon les accords, la société fournira à l’Inde 700 000 tonnes d’engrais sans azote connu sous le nom de “Triple Super Phosphate TSP”. Et ce, en plus d’un million de tonnes de phosphate diammonique “DAP”.

Par ailleurs, le Maroc, qui possède les plus grandes réserves de phosphate au monde, a enregistré une augmentation de 54,8 % des exportations de phosphate et de ses dérivés, y compris les engrais. Et ce, pour un montant de 108 milliards de dirhams (10,6 milliards de dollars) au cours des 11 premiers mois de 2022.

En décembre dernier, le groupe OCP au Maroc a annoncé son intention de dépenser 130 milliards de dirhams (12,3 milliards de dollars) pour augmenter la production d’engrais utilisant des énergies renouvelables. Et ce, dans le cadre d’un programme d’investissement pour la période entre 2023 et 2027.

En outre, un communiqué du palais royal marocain de l’époque indiquait que Mustafa El Turab, président et directeur général du groupe, avait annoncé le nouveau programme d’investissement vert du groupe, qui repose sur l’augmentation des capacités de production d’engrais, avec un engagement à atteindre la neutralité carbone avant 2040 en s’appuyant sur les énergies renouvelables.

Le communiqué ajoutait que le groupe vise à “fournir toutes ses installations industrielles en énergie verte d’ici 2027”.

Article précédentSTAR : un chiffre d’affaires en évolution de 4,1 % à 384,4 MDT
Article suivantSuite à l’échec des négociations, grève générale dans le secteur du transport les 25 et 26 janvier en cours

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here