Une odeur de racisme anti-maghrébin plane sur la planète foot française

football

Est-il normal que deux internationaux franco-algériens, Zinédine Zidane et Karim Benzema- tous les deux, excusez du peu, Ballon d’Or- soient traités d’une manière peu cavalière, à la limite de l’indécence, par les plus hautes instances sportives du football en France? S’agit-il d’une forme sournoise d’un racisme anti-maghrébin dans le pays des Lumières, gagné de plus en plus par une xénophobie rampante doublée d’un repli identitaire sur soi?

De quoi s’agit-il au juste? Au lendemain de l’annonce de la prolongation de Didier Deschamps à la tête des Bleus, le président de la FFF Noël Le Graët, qui était interrogé sur l’hypothèse d’une prise en main de la Seleção par Zidane, a répondu avec mépris, un brin agacé. « Ça m’étonnerait qu’il parte là-bas. Mais il fait ce qu’il veut, ça ne me regarde pas. Est-ce que ça ferait mal au cœur qu’il aille là-bas? Moi, je n’en ai rien à secouer. Il peut aller où il veut! Il peut aller où il veut, dans un grand club de football, une sélection, j’y crois à peine en ce qui le concerne. Si Zidane a tenté de me joindre? Certainement pas, je ne l’aurais même pas pris au téléphone ». Tiens donc!

Réactions indignées du monde du football

Des propos qui auront enflammé la planète football et suscité une vague de réactions indignées après avoir tenu des mots gratuits jugés méprisants à l’égard de Zizou. A savoir, l’un des plus grands footballeurs de tous les temps et unanimement apprécié par les Français.

Réponse cinglante et meurtrière de Kylian Mbappé que l’on ne présente plus : « Zidane, c’est la France! Et on ne manque pas de respect à la légende comme ça ».

« On est tous unanimes pour dire que ce sont des propos maladroits, pour ne pas dire autre chose ». Ainsi réagissait pour sa part Laurent Blanc, son équipier à la Coupe du monde en 1988.

« Le foot mérite mieux et nos légendes aussi ». C’est ce que déclarait la ministre déléguée aux PME, Olivia Grégoire. Tout en critiquant « un mépris confondant » et un président de fédération qui se croit « au dessus de tout ».

« Combien de temps devrons-nous supporter Noël Le Graët suspecté de harcèlement à la FFF; soutien inconditionnel au Qatar et qui insulte publiquement un monument du foot français? Le Graët est la honte du sport français, il doit démissionner. Vive la retraite à 60 ans !», tweetait de son côté le chef du parti communiste, Fabien Roussel

Mea culpa

Face à l’indignation générale et aux appels à la démission, et au silence assourdissant de Zidane, le Breton, 81 ans, a fini par faire son mea culpa.

« Je ne cherchais pas la polémique en opposant Didier à Zidane, deux monuments du football français. Ces propos ne reflètent absolument pas ma pensée ni ma considération pour le joueur qu’il était et l’entraineur qu’il est devenu ». Affirmant à l’occasion avoir prévu d’appeler le champion du monde 1988 pour s’excuser de vive voix.

Ces excuses publiques honorent l’homme, mais le mal est fait. Le patron de la FFF a-t-il préféré, comme l’avancent les mauvaises langues, prolonger le contrat de Didier Deschamps, un français « de souche »? Au lieu du natif de Marseille d’origine Kabyle, dût-il être l’immense Zinédine Zidane que tout le monde s’arrache y compris le Brésil?

Sorti par la petite porte

Deuxième retentissante affaire, qui touche cette fois-ci la star du Real Madrid, Puisqu’elle quittait la compétition du dernier Mondial de Qatar par la petite porte dans des circonstances assez étranges. Et ce, avant même le début du tournoi.

Que s’est-il passé dans les coulisses pour que le Ballon d’Or 2022 quitte Doha à 6h du matin? A-t-il été écarté volontairement par son coach pour faire plaisir aux cadres des Bleus? A savoir : Antoine Griezmann, Olivier Giroux  et Hugo  Lloris. De crainte que le natif de Lyon ne leur fasse de l’ombre?

Il convient de rappeler que peu avant la Coupe du Monde, Karim Benzema, 35 ans, était victime d’une rechute au quadriceps lors d’un entrainement précédant l’entrée en lice des Bleus au Qatar. De retour de blessure, le buteur du Real Madrid espérait jouer les 8e de finale contre l’Australie. Mais il était brutalement écarté par Didier Deschamps et son staff et poussé à quitter le groupe sur le champ!

Etait-il écarté à défaut d’être prêt physiquement à jouer au Mondial de Qatar? Le quotidien espagnol Marca a relancé les doutes autour de la condition physique de Karim Benzema. Assurant qu’il avait totalement récupéré et avait déjà retrouvé l’intégralité de ses moyens.

La preuve? A son retour, à peine quelques jours au Real Madrid, que déjà le buteur français, forfait pour le Mondial en raison d’un pépin musculaire, s’entrainait régulièrement sous les ordres de Carlo Ancelotti. « Didier Deschamps a précipité le départ de l’attaquant vers Madrid alors qu’il aurait pu le garder en convalescence avec le reste de l’équipe de France au Qatar », estime donc le média ibérique.

Désamour

Alors, comment expliquer tant de désamour de la part des instances sportives françaises pour l’un des meilleurs attaquants au monde. Et qui, de surcroit, aurait pu changer la donne lors de la finale contre l’Argentine de Messi?

La vérité, c’est que les détracteurs de Benzema lui reprochent encore des propos tenus fin 2006 alors qu’il n’avait que 19 ans et qu’il était encore en équipe de France espoirs.

En effet, prié d’expliquer son choix d’enfiler le maillot bleu, alors qu’il dispose également de la nationalité algérienne, il aura présenté sa décision comme motivée par la raison plus que par le cœur. « C’est plus pour le côté sportif, parce que l’Algérie, c’est mon pays, voilà, mes parents viennent de là-bas ». Ainsi se justifiait le binational. Et cela est resté en travers de la gorge de certains nostalgiques d’une époque révolue!

Article précédentBourse de Tunis : un contrat pour apporter la liquidité aux titres Assurances Maghrebia Vie
Article suivantLa BCE prévoit une “très forte” croissance des salaires cette année
Bechir Lakani
Diplômé de la Sorbonne en Linguistique comparée, passionné par le sport, la lecture, la musique et l'art, Béchir Lakani collabore avec le site L’Économiste Maghrébin depuis 2011.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here