Angleterre : L’interdiction de la fracturation de gaz levée en faveur de l’indépendance énergétique

La Grande-Bretagne a officiellement levé jeudi un moratoire sur la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste en Angleterre, en place depuis 2019. Elle affirme que le renforcement de l’approvisionnement énergétique du pays était une “priorité absolue”.

Les prix de l’énergie ont grimpé en flèche en Europe après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et la Grande-Bretagne subventionne les factures des ménages et des entreprises pour un coût prévu de plus de 100 milliards de livres (113 milliards de dollars).

La nouvelle Première ministre Liz Truss a déclaré plus tôt ce mois-ci que la fracturation – extraire le gaz de schiste des roches en les brisant – serait autorisée là où elle était soutenue par les communautés.

Le secrétaire aux affaires et à l’énergie, Jacob Rees-Mogg, a déclaré jeudi que toutes les sources d’énergie devaient être explorées pour augmenter la production nationale, “il est donc juste que nous ayons levé la pause pour réaliser toutes les sources potentielles de gaz domestique”.

La fracturation, à laquelle des groupes environnementaux et certaines communautés locales s’opposent, a été interdite après que l’organisme de réglementation de l’industrie a déclaré qu’il n’était pas possible de prédire l’ampleur des tremblements de terre qu’elle pourrait déclencher.

Rees-Mogg, cependant, a déclaré que la pratique était “sûre” et que les limites de l’activité sismique devraient être réévaluées. Et ce, afin qu’elle puisse se dérouler de “manière efficace et efficiente”.

Le géant de la chimie et de l’énergie INEOS, qui détient plusieurs licences britanniques d’exploration de gaz de schiste, a déclaré que le gouvernement devrait traiter le développement du gaz de schiste comme “une priorité d’infrastructure nationale”.

Les experts sceptiques

Les experts disent que le redémarrage de l’industrie ne fera cependant rien pour faire baisser les prix de l’énergie cet hiver, car il faudrait de nombreuses années pour qu’une industrie se développe et il reste difficile de savoir si une quantité importante de gaz pourrait être extraite.

“Même si les risques s’avéraient gérables et acceptables, le gaz de schiste n’aurait un impact significatif sur l’approvisionnement du Royaume-Uni que si, au cours de la prochaine décennie, des milliers de puits réussis devaient être forés”, a déclaré Andrew Aplin, professeur honoraire à l’Université de Durham. Les moratoires sur la fracturation hydraulique en Écosse ou au Pays de Galles se poursuivront, ont déclaré leur gouvernement décentralisé.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here