Mise en place des programmes pour relancer l’investissement

l'investissement programmes

“L’internationalisation des entreprises tunisiennes sur le marché africain, surtout l’Afrique subsaharienne, constitue aujourd’hui, une réelle opportunité. Et ce, pour accroître la croissance de l’économie Tunisienne et surmonter la situation économique difficile à laquelle fait face le pays actuellement”. C’est ce a indiqué le ministre de l’économie et de la planification, Samir Saied.

Intervenant lors d’une journée d’information et de réflexion sur l’internationalisation des entreprises tunisiennes vers le marché africain, organisée, mercredi, à Tunis, le ministre a estimé qu’en plus des programmes mis en place par le Gouvernement en vue d’améliorer le climat des affaires, relancer l’investissement et la croissance, le secteur privé jouera un rôle clé en matière d’investissement, de création d’emploi, de richesse et d’exportation vers les marchés extérieurs.

« Son rôle sera davantage consolidé et renforcé à travers la libéralisation de l’initiative, la suppression des autorisations, la promotion du partenariat public-privé(PPP), outre le renforcement de la bonne gouvernance », a-t-il expliqué.

Et de poursuivre que cette journée d’information s’inscrit dans le cadre du renforcement du dialogue public-privé pour cerner les besoins et les attentes des entreprises souhaitant étendre leurs activités au-delà des frontières nationales, notamment vers les pays africains.

De plus, l’adhésion ( en 2018) de la Tunisie au marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA) et à la Zone de libre-échange continentale africaine(ZLECAF) (en 2020), offrira un énorme potentiel de croissance de ses échanges avec le continent africain en facilitant l’accès à de nouveaux marchés, l’exploration de nouvelles opportunités de partenariat et d’investissement.

Concrètement, les exportations de la Tunisie vers l’Afrique s’élèvent , actuellement, à 1.46 milliard de dollar, ce qui ne représente que 9,5% du total des exportations au cours de l’année 2021, dont 7% vers la Libye, le Maroc et l’Algérie tandis que les exportations vers l’Afrique subsaharienne n’ont représenté que 2,5% du total des exportations.

Saied a affirmé, à cette occasion, que de multiples défis font actuellement obstacle à la percée du marché africain, notamment, le manque de liaisons aériennes et maritimes, la faiblesse de représentation diplomatique et le manque d’accompagnement bancaire.

L’élaboration d’une étude sur les opportunités existantes en Afrique

En vue de donner un éclairage sur les opportunités existantes en Afrique aussi bien en termes de marchés cibles qu’en termes de produits et services à fort potentiel d’exportation, les résultats d’une étude élaborée par le cabinet Deloitte (acteur de référence en audit & assurance, consulting) en partenariat avec le ministère de l’économie et de la planification, le Conseil d’analyses économiques et l’Agence Française de développement (AFD), ont été présentés, à cette occasion .

D’après l’associée Deloitte, Emna Kharouf, cette étude élaborée au cours de la période 2018-2020, a priorisé 5 secteurs porteurs dans les 15 pays africains (dont 11 subsahariens)à port potentiel pour les entreprises tunisiennes; à savoir l’agroalimentaire, la santé et l’industrie pharmaceutique, le bâtiment et travaux publics, les technologies de l’information et de la communication(TIC), l’éducation et l’enseignement supérieur .

Elle a ajouté que 15 mesures ont été identifiées par cette étude pour faciliter l’internationalisation des entreprises tunisiennes sur les marchés africains .

Ces mesures s’articulent autour de 4 axes. Il s’agit de la diplomatie économique et le branding (marketing), l’accompagnement et l’appui, le financement et les incitations, outre la logistique et les douanes.

De son côté, le directeur adjoint de l’AFD Tunisie, Bertrand Ficini a fait savoir qu’un don de 3,8 millions d’euros a été confié à Expertise France afin de concrétiser ultérieurement certaines recommandations et mesures de cette étude.

Et de rappeler que les entreprises tunisiennes sont les bénéficiaires finaux de ladite étude.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here