Marcus Cornaro: les eurodéputés soutiennent un retour à l’ordre constitutionnel en Tunisie

Marcus Cornaro UE Tunisie

« Les eurodéputés soutiennent un retour  “rapide” à l’ordre constitutionnel, “négocié” et “consulté” avec tous les acteurs de la société tunisienne. C’est ce que déclare, ce jeudi à Tunis, Marcus Cornaro, ambassadeur de l’Union européenne en Tunisie.

D’après le responsable européen qui s’exprimait en point de presse, une délégation de la sous-commission “droits de l’Homme” du Parlement européen s’est rendue à Tunis du 22 au 24 mai 2022. Et ce, pour lui permettre de comprendre les enjeux démocratiques qui se jouent actuellement dans le pays. Des enjeux qui interviennent sur fond de crise politique et économique majeure en Tunisie. Quelques mois avant le référendum du 25 juillet 2022, censé apporter une réforme constitutionnelle.

Dans ce cadre, l’appel des eurodéputés à un retour à l’ordre constitutionnel intervient, alors que l’Union européenne vient de débloquer un prêt de 300 millions d’euros à la Tunisie. Et ce, pour l’aider à financer son budget et à mettre en œuvre des réformes majeures.

Il s’agit du deuxième et dernier versement au titre du programme d’AMF, (Assistance macro-financière). Lequel était approuvé en faveur de la Tunisie, dans le contexte de la Covid-19. Ce décaissement vise à atténuer les répercussions économiques de la pandémie. Et par la même, renforcer la stabilité macroéconomique, a fait savoir le diplomate européen.

Puis, il est revenu sur la visite de la délégation européenne en Tunisie. Elle s’est déroulée, selon lui, dans le cadre des relations “privilégiées” entre les deux parties. D’ailleurs, M. Cornaro indique que les eurodéputés ont eu l’occasion de rencontrer un grand nombre d’acteurs institutionnels et de représentants de la société civile tunisienne.

Il cite, à ce propos, des organisations nationales et de défense des droits humains. De même que des associations actives dans le domaine des droits économiques et sociaux. Mais aussi des magistrats, ainsi que des représentants de partis politiques et des organisations de jeunesse.

En outre, des rencontres ont également eu lieu avec: Nourredine Taboubi, Secrétaire Général de l’UGTT; Samir Majoul, Président de l’UTICA; Mohamed Yassine Jelassi, Président du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT); Fathi Jarray, Président de l’Instance Indépendante pour la Prévention de la Torture. Ainsi que Farouk Bouasker, nouveau Président de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) et Sadok Belaid, Président Coordinateur de la Commission Nationale Consultative pour une Nouvelle République.

Inquiétudes

Les discussions ont donc porté principalement sur la problématique de l’État de droit. Et en particulier, les dissolutions successives des instances constitutionnelles et de l’Assemblée des représentants du peuple; ainsi que sur les dangers liés à la concentration des pouvoirs.

Pendant cette visite, de nombreuses “inquiétudes” ont été exprimées. Et ce, face à la concentration de pouvoirs dans les mains d’une seule personne et une “dérive” autoritaire qui représente une véritable menace pour les acquis constitutionnels du pays, lance-t-il.

Pour le responsable européen, le retour à la normalité démocratique dans les meilleurs délais et la reprise de l’activité parlementaire constituent des étapes “déterminantes” pour la Tunisie.

“L’ancrage démocratique du pays, le respect de l’Etat de droit et de la Constitution doivent être préservés”, plaide-t-il. Assurant, toutefois que l’UE se tient toujours aux côtés du peuple tunisien.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here