Composition nominative de la commission nationale consultative

Un décret présidentiel a été publié dans la soirée du mercredi 25 mai 2022 sur le JORT fixant la composition nominative du comité des affaires économiques et sociales et du comité des affaires juridiques de la commission nationale consultative pour une nouvelle république.

Ainsi, le comité des affaires économiques et sociales, d’abord, se compose comme suit :

  • Le bâtonnier Brahim Bouderbala, président;
  • Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Tabboubi, ou celui qu’il charge pour le représenter, membre;
  • Le président de l’UTICA, Samir Majoul, ou celui qu’il charge pour le représenter, membre;
  • Le président de l’UTAP, Noureddine Ben Ayed ou celui qu’il charge pour le représenter, membre;
  • La présidente de l’UNFT, Radhia Jerbi ou celui qu’elle charge pour la représenter, membre;
  • Le président de la LTDH, Jamel Msallem ou celui qu’il charge pour le représenter, membre.

Pour le comité des Affaires juridiques

  • Le doyen de la faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, Mustapha Beltaief, président;
  • La doyenne de la faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis, Neïla Ben Chaâbane Hamouda, membre;
  • La doyenne de la faculté de droit et des sciences politiques de Sousse, Asma Ben Abdallah, membre;
  • Le doyen de la faculté de droit de Sfax, Khalil Fendri, membre;:
  • La doyenne de la faculté des sciences juridiques, économiques et de gestion de Jendouba, Boutheina Rekik, membre;
  • Le directeur de l’Institut Supérieur des études juridiques et politiques de Kairouan, Abelmonem Abidi, membre;
  • Le directeur de l’Institut des études juridiques de Gabes, Naoufel Nasfi, membre.

Bon à rappeler, toutefois, que les doyens des Facultés de Droit et de Sciences juridiques et politiques avaient indiqué qu’ils n’acceptaient pas leur nomination au sein de la commission consultative nationale pour une nouvelle république.

Ceci veut-il dire qu’ils ont fini par obtempérer ou est-ce encore une fois, pour Kaïs Saïed, une façon de faire un passage en force et de placer tout le monde devant le fait accompli. Pour preuve, en dépit du refus de l’UGTT de participer au dialogue dans sa forme proposée par le chef de l’Etat, nous constatons la citation de son nom parmi les membres du comité des affaires économiques et sociales !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here