La Russie réduit l’obligation de conversion en rouble pour les exportateurs

La Russie a décidé de réduire la proportion des recettes en devises que les exportateurs doivent convertir en roubles de 50% à 80%. Et ce  dans le but d’empêcher le rouble de se renforcer.

La monnaie, malgré les sanctions occidentales et l’isolement du pays, s’est considérablement renforcée au cours des deux derniers mois, atteignant des niveaux jamais vus face à l’euro depuis environ 7 ans. Cependant, la hausse du rouble affaiblit finalement le bilan russe, (voir notre article  ) car le pays tire une part substantielle de ses revenus des taxes sur l’énergie libellées en devises étrangères, mais dépense en roubles.

Le ministère des Finances a déclaré hier qu’une commission gouvernementale avait décidé de réduire le pourcentage des revenus que les entreprises exportatrices doivent convertir en roubles. “Cela est lié à la stabilisation du taux du rouble et à l’atteinte d’un niveau suffisant de liquidités en devises sur le marché des devises nationales”, a indiqué le ministère. Depuis l’imposition des sanctions, le rouble s’est renforcé grâce à la demande des exportateurs, tandis que la demande des importateurs en dollars et en euros a été limitée en raison de la perturbation des chaînes d’approvisionnement.

Une charge réglementaire excessive

La demande de révision de la proportion des recettes en devises que les exportateurs doivent convertir en roubles était également venue ces derniers jours d’entreprises russes. “Dans les conditions actuelles, tout en assurant les tâches dans le domaine de la politique monétaire et la stabilité du taux de change du rouble, il est nécessaire de prévenir et d’éliminer rapidement une charge réglementaire excessive pesant sur les entreprises dans le domaine de la réglementation des changes “, a déclaré Alexander au cours de la Murychev, vice-président exécutif de l’Union russe des industriels et entrepreneurs.

Le rouble, selon les données de la bourse de Moscou, a clôturé la séance d’hier à 60,1 contre l’euro, après avoir atteint 58,3 dans l’après-midi. Outre la conversion obligatoire imposée aux recettes d’exportation, d’autres facteurs pèsent sur la remontée du rouble : contrôle des capitaux par la banque centrale de Moscou, effondrement des importations dû aux sanctions et hausse des prix de l’énergie, expliquent les analystes. À tout cela, ces derniers jours, s’est ajouté le fait que nombre d’entreprises européennes se plient à la demande du président Vladimir Poutine de passer au paiement en monnaie russe pour le gaz naturel .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here