La Banque mondiale craint que le choc énergétique ne se poursuive jusqu'en 2023

Banque mondiale

Le président de la Banque mondiale, David Malpass, s’est exprimé samedi. Il déclare que le désarroi actuellement observé dans le secteur de l’énergie est une préoccupation très présente sur son radar. Selon lui, ce choc pourrait encore « durer jusqu’à l’année prochaine ».

Le président de la Banque mondiale a également évoqué les difficultés du secteur des engrais liées à la guerre entre l’Ukraine et la Russie. En effet, celle-ci a déstabilisé certaines filières industrielles. Un problème qui s’est encore exacerbé par les sanctions économiques imposées aux Russes.
La déclaration du président de l’institution financière internationale a eu lieu lors d’un événement marquant le lancement d’un rapport sur l’importance de maintenir le commerce ouvert. Et ce, dans le but d’aider à faire face aux défis. Tels que notamment la récente hausse des prix des denrées alimentaires.
A cet égard, le rapport a été préparé conjointement par: la Banque mondiale (BM); le Fonds monétaire international (FMI); l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE); et l’Organisation mondiale du commerce (OMC). En outre, il est disponible sur les sites Web des entités.
Présente à l’événement, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a souligné l’existence de “multiples chocs simultanés” dans l’économie mondiale comme un risque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here