Le nouveau plan d'infrastructure de la Chine dépasse celui des USA

A la demande de Pékin, les gouvernements locaux ont préparé des listes de milliers de “grands projets”. Selon une analyse de Bloomberg, la valeur des investissements chinois prévus cette année est estimée à 2,3 billions de dollars, presque le double des nouvelles dépenses du plan de relance des infrastructures américaines, qui a été approuvé par le Congrès l’année dernière, d’un montant de 1,1 billion de dollars, réparti sur cinq ans.

Semblable au plan de Washington, la majorité des investissements dans le cadre du plan chinois sont dirigés vers les secteurs des transports, de l’eau et des infrastructures numériques. Mais la Chine compte déjà plus du double du nombre de gares ferroviaires à grande vitesse réparties dans le monde entier, en plus d’avoir le plus long réseau d’autoroutes au monde.
Et puis, le pays asiatique change la structure des plans de relance destinés au secteur de la construction. Car seulement 30% environ des projets relèvent de l’infrastructure traditionnelle, comme les routes et les chemins de fer, tandis que la moitié des projets sont destinés à soutenir l’industrie et les services des secteurs tels que les usines, les parcs industriels et les incubateurs technologiques, voire les parcs d’attractions.
“Étant donné que la Chine dispose actuellement d’infrastructures modernes, il est logique de concentrer ses investissements sur la fabrication”, déclare Nancy Qian, professeur à la Kellogg School of Management de la Northwestern University.

L’objectif de croissance de la Chine est une force motrice dans une économie mondiale assiégée

Selon les analystes, le changement vers des secteurs spécifiques reflète l’engagement de Pékin à garantir que la Chine conserve sa part dominante dans la fabrication mondiale, même si elle se tourne vers des domaines plus avancés tels que les voitures électriques, les batteries, les énergies renouvelables et les puces microélectroniques.
“En plus d’embaucher massivement, le soutien au secteur de la construction en Chine vise à garantir que le gouvernement central atteigne l’objectif de croissance de 5,5 % pour cette année, ainsi que le renforcement du marché boursier chinois, qui a été ravagé par des événements tels que la répression réglementaire des sociétés propriétaires de plates-formes Internet et le bouleversement massif du secteur immobilier”, note Bloomberg.
“Comme les cycles de relance précédents, ce cycle a également le potentiel de soutenir l’économie mondiale en stimulant les importations chinoises. Mais cela peut aussi conduire à une exacerbation de l’inflation des prix des matières premières”, précise notre source.

Impact environnementaux

En revanche, ces projets ont des répercussions environnementales étant donné que les grands projets approuvés par Pékin sont exemptés des exigences d’efficacité énergétique du pays.
À ce sujet, Laurie Mylvirta, du Centre de recherche sur l’énergie et l’air, pur affirme que l’engagement de la Chine envers son modèle pour stimuler la construction lorsque l’économie ralentit est le facteur le plus important qui déterminera la trajectoire des émissions futures du pays, alors qu’il est possible de diriger une grande partie des nouveaux investissements vers les énergies renouvelables. Ce qui contribuera à réduire la production de gaz à effet de serre à long terme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here