La banque de Wall Street sonne l'alarme sur l'économie américaine

Fethi Sellaouti affirme dans une déclaration à Mosaïque FM que le département ministériel s’oriente vers l’allégement des programmes scolaires

Goldman Sachs prédit 35% de chances d’une récession dans les deux prochaines années. “La Réserve fédérale sera confrontée à une tâche difficile en resserrant suffisamment sa politique monétaire. Et ce pour calmer l’inflation sans provoquer de récession aux États-Unis“. C’est ce qu’a écrit dimanche l’économiste en chef de Goldman Sachs, Jan Hatzius, dans un rapport de recherche et vu par Bloomberg.

L’analyste voit les chances d’une récession et de contraction économique à environ 35 % au cours des deux prochaines années. Selon le rapport, le principal défi du régulateur est de réduire l’écart entre une offre d’emplois abondante, mais une offre de main-d’œuvre rare. La Fed doit également ralentir la croissance des salaires à un rythme compatible. Et ce avec son objectif d’inflation de 2 % en resserrant suffisamment les conditions financières pour réduire les créations d’emplois sans augmenter fortement le chômage. L’optimisme pour la croissance de l’économie mondiale atteint son plus bas niveau historique.
“Atteindre un soi-disant atterrissage en douceur peut être difficile. Car des baisses historiquement importantes de l’écart entre les emplois et les travailleurs aux États-Unis ne se sont produites que pendant les récessions”, a déclaré Hatzius. “Pris à leur valeur nominale, ces modèles historiques suggèrent que la Fed est confrontée à un chemin difficile vers un atterrissage en douceur.”
Cependant, l’économiste en chef a déclaré qu’une récession n’est pas inévitable. Car les normalisations post-Covid-19 de l’offre de main-d’œuvre et des prix des biens durables aideront la Réserve fédérale. “Il existe aussi d’autres exemples d’autres pays du Groupe des 10 économies avancées qui ont réussi un atterrissage en douceur”, a-t-il déclaré.
Selon Hatzius, 11 cycles de resserrement sur 14 aux États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale ont été suivis d’une récession en l’espace de deux ans. “Cependant, seuls huit d’entre eux peuvent être même partiellement attribués au resserrement de la Fed. Les atterrissages en douceur ont été plus fréquents ces derniers temps”, a-t-il déclaré. Il a prévu la probabilité d’une récession américaine au cours des 12 prochains mois à environ 15 %.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here