L’un des pôles de production les plus importants de la planète à l'arrêt

En raison du plus grand confinement depuis le début de la pandémie de coronavirus, la Chine, l’un des pôles de production les plus importants de la planète est à l’arrêt.

Alors que les dirigeants occidentaux continuent d’investir de nouvelles ressources pour faire face aux crises économiques déclenchées par la pandémie de Covid et la guerre en Ukraine, le début de ce qui pourrait être la pire récession de l’histoire se profile à l’horizon. Le monde entier pourrait subir de graves conséquences du verrouillage en Chine. Le pays ayant des centaines de millions de personnes isolées, en raison de la politique stricte de Zéro Covid.
En effet, 400 millions de Chinois sont confinés dans 45 grandes villes de la puissance orientale. Or, ensemble, ils contribuent à 40% du produit intérieur brut national. Soit environ 7,2 millions de millions de dollars. Rien qu’à Shanghai, principal centre manufacturier du pays, où sont produits 6% des exportations, 25 millions de personnes sont isolées.

En Chine le plus gros confinement dû à la Covid depuis le début de la pandémie

La nouvelle quarantaine crée déjà de nombreux problèmes dans les maisons. Avec des citoyens incapables d’accéder aux soins médicaux et d’acheter des biens essentiels. Y compris de la nourriture et de l’eau. En plus du retrait des enfants positifs des ménages et du meurtre d’animaux de compagnie. Pour la première fois, les Chinois se soulèvent massivement contre le gouvernement.
Ainsi, les aliments congelés dans les conteneurs pourrissent sans réfrigération. Et ce, dans le port de la mégalopole, où transitent, à plein régime, 20% des marchandises chinoises. Alors que les nouveaux chargements restent stationnaires aux terminaux jusqu’à huit jours; avant d’être transportés ailleurs. Et tandis qu’une pénurie de conteneurs dans lesquels ranger les produits est également dénoncée.
Par ailleurs, les compagnies aériennes de fret ont annulé des vols à destination et en provenance de la ville. De plus, neuf transporteurs sur dix impliqués dans l’importation et l’exportation sont actuellement en attente.
Dans ce contexte, le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information a créé un comité chargé d’envisager la réouverture de 666 usines essentielles à Shanghai. Mais les dommages pourraient déjà être irréparables. Entraînant une incertitude sur le marché qui pourrait se prolonger jusqu’en 2022.
Car, un tiers du pays est confiné. Et on estime qu’en raison des restrictions anti-contagion, la Chine renonce à 3,1% de son PIB par mois, soit 46 milliards de dollars. D’ailleurs, à cause de la politique zéro Covid à Shanghai, la croissance annuelle a été fortement réduite.

Parce que le confinement de Shanghai peut provoquer une nouvelle crise économique mondiale

Une situation tragique, certes, mais pourquoi cette impasse qui se passe à l’autre bout du monde devrait-elle nous inquiéter?
Dans un monde de plus en plus globalisé, la crise économique d’un pays peut affecter les autres très rapidement. Comme on le voit à la fois à cause de la Covid et de la guerre en Ukraine. Et aujourd’hui le confinement de Shanghai et d’une grande partie de la Chine pourrait mettre en péril tous les marchés.
À l’Est, il y a aussi certaines des usines de production les plus importantes des multinationales. À commencer par les grandes technologies, comme Sony et Apple. Parmi les entreprises fermées figure Quanta, qui a un contrat de fabrication de MacBook avec le géant de Cupertino et produit environ 72 millions d’ordinateurs par an. Son hub de Shanghai est responsable de 20% de la production totale.
Même le magnat Elon Musk pourrait se retrouver en crise. Considérant que dans la métropole chinoise, Tesla a dû fermer sa gigafactory. Et ce, pour la plus longue pause de son histoire. En sortent 2 mille voitures électriques chaque jour destinées au marché mondial. Jusqu’à présent, le géant automobile a dû abandonner la production d’au moins 50 000 unités.
Enfin, avec les pôles de production bloqués et la pénurie de composants nécessaires aux industries occidentales, les prix des produits finis pourraient donc repartir à la hausse dans le reste du monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here