Affaire Cargo XELO: Greenpeace met en garde contre une catastrophe humaine et environnementale dans la Méditerranée 

Suite au naufrage du cargo guinéen XELO transportant 750 tonnes de gazole au large de Gabès, l’organisation Greenpeace met en garde contre “une catastrophe humaine et environnementale dans la Méditerranée”.

La responsable des campagnes Greenpeace MENA, Kenzi Azmy a, dans un communiqué parvenu à la rédaction de www.leconomistemaghrebin.com, expliqué qu’ « il existe un risque élevé de catastrophe humanitaire et environnementale à tout moment si la cargaison du cargo n’est pas déplacée le plus rapidement possible. En indiquant que si le gazole fuite, ce sera une catastrophe majeure qui se propagera à d’autres zones méditerranéennes.
Elle a ajouté que « la fuite de cette substance toxique dans la mer peut constituer une menace. Et ce, pour la biodiversité de la région. C’est pourquoi, cette catastrophe peut affecter directement les moyens de subsistance des habitants de la région qui dépendent de la pêche en mer ».
D’un autre côté, Mme Azmy a souligné qu’ « il est très triste de constater que dans chaque incident de ce type, les plus vulnérables sont les plus touchés ».
Dans ce contexte, elle a appelé les autorités tunisiennes à intervenir rapidement pour empêcher « une catastrophe environnementale » à Gabès. Ainsi qu’à accélérer le plan qu’elles ont mis en place, afin de nettoyer la mer du gazole. Et ce, par le transport de la cargaison et l’envoi de plongeurs pour inspecter l’état du cargo. Ainsi qu’accélérer l’installation d’une barrière maritime pour limiter la propagation du gazole et délimiter le lieu de naufrage du cargo.

Une intervention internationale est nécessaire

En outre, la responsable demande à la communauté internationale d’intervenir rapidement si la Tunisie fait face à des obstacles. Afin de sauver la mer.
A ce propos, notons que Gabès souffre déjà de la pollution de l’air, du sol et de l’eau. Et ce, en raison d’un complexe chimique qui comprend de nombreuses industries; ainsi que des entreprises de ciment. D’ailleurs, les habitants de la région ont souvent signalé les dommages qui leur étaient infligés.
Enfin, Greenpeace est une organisation non gouvernementale internationale de protection de l’environnement présente dans plus de 55 pays à travers le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here