Le Covid-19 devient progressivement endémique, mais les risques restent présents

QNB

Plus de deux ans après la découverte du Covid-19, la Chine semble à nouveau être l’épicentre de la pandémie. C’est du moins ce que l’on peut déduire des derniers gros titres. Cependant, en se focalisant trop sur la Chine, on perd de vue la situation globale, à savoir que la pandémie de Covid-19 est en train de s’estomper. En effet, grâce notamment à des vaccins efficaces, le Covid-19 devient progressivement une maladie endémique avec laquelle nous devons simplement apprendre à vivre.

Cette semaine, nous passons en revue les principaux indicateurs de la pandémie covid-19 afin de démontrer que celle-ci est effectivement en train de s’estomper, avant de nous pencher sur les risques substantiels qui subsistent. Nous observons trois risques majeurs : la bataille entre Omicron et la politique de “zéro dynamique” de la Chine; la possibilité qu’une variante plus mortelle émerge; et l’héritage persistant de la pandémie elle-même et de la réaction politique des gouvernements.

Nous avons largement dépassé le pic de la vague de la pandémie causée par Omicron et ses sous-variantes. Un million (Mn) de cas Covid-19 par jour ont été enregistrés dans le monde au cours des derniers 7 jours à la date du 10 avril, en baisse par rapport au pic de 3,4 Mn atteint fin janvier 2022. Cependant, le nombre de cas reste beaucoup plus élevé en Europe et en Asie, par rapport à l’Amérique du Nord et au reste du monde (RdM), voir graphique. Les décès attribués au Covid-19 ont chuté encore plus rapidement pour atteindre une moyenne de seulement 3 400 par jour, après un pic de 11 000 en février 2022, et moins d’un tiers des pics causés par d’autres variantes l’année dernière.
En divisant le nombre de décès par le nombre de cas, on obtient une estimation grossière du taux de mortalité, ayant chuté à 0,3 %, après avoir atteint le pic de 7,4 % en avril 2020. La large distribution efficace de vaccins est la principale raison pour laquelle le taux de mortalité a tant diminué.
En effet, plus de 11 milliards (Md) de doses de vaccin ont été administrées, dont 1,7 Md de rappels. En conséquence, plus de 5 milliards de personnes ont reçu au moins une dose et 4,6 milliards ont été complètement vaccinées. Le niveau élevé et croissant des vaccinations dans le monde réduit la nécessité d’un confinement strict et d’autres mesures d’atténuation dans la plupart des pays, à l’exception évidente de la Chine. En retour, cela signifie que le vent contraire de la pandémie sur l’économie mondiale s’estompe. Toutefois, des risques subsistent.
Tout d’abord, la variante Omicron pose de graves problèmes en Chine et a enregistré 19 000 nouveaux cas de Covid par jour en moyenne au cours de la semaine écoulée, dépassant ainsi le précédent pic enregistré début 2020. L’augmentation du nombre de cas s’explique par le fait que la variante Omicron est beaucoup plus infectieuse que les précédentes variantes.
En effet, la Chine a du mal à ramener les cas sous contrôle, même avec des confinements stricts dans les grandes villes comme Shanghai et Shenzhen. Goldman Sachs estime que 18 % de l’économie est actuellement soumise à des mesures de confinement et s’attend à ce que ces mesures restent en place jusqu’à la fin de l’année.
Par conséquent, la Chine doit faire face aux coûts liés aux tentatives de confinement d’Omicron et à la possibilité que le confinement échoue et que le virus se propage dans une population relativement peu protégée. Il faut donc s’attendre à un ralentissement de la croissance chinoise en 2022, avec des répercussions sur les perspectives de croissance en Asie et au niveau de l’économie mondiale dans sa globalité.
Deuxièmement, le nombre encore élevé d’infections par le virus Covid-19 de la population mondiale offre au virus de nombreuses possibilités de muter et de produire de nouvelles variantes. Le processus d’évolution et de sélection naturelle favorise la création de nouvelles variantes qui sont plus infectieuses, mais moins mortelles. Avec un peu de chance, les scientifiques pourront mettre au point des injections de rappel adaptées aux nouvelles variantes, ou des vaccins contre le pan-coronavirus capables de s’attaquer à toutes les variantes. Cependant, il existe toujours un risque que nous soyons confrontés à une nouvelle variante, plus mortelle et toujours très infectieuse. En effet, le Premier ministre britannique Boris Johnson a refusé d’exclure de nouvelles dispositions relatives au Covid-19, déclarant qu'”il pourrait y avoir une nouvelle variante plus mortelle” qui apparaîtrait à l’avenir.
Pour conclure, nous regroupons nos principaux indicateurs et risques de pandémie.   La pandémie s’estompe, mais le nombre de cas reste élevé, tout comme la probabilité que nous soyons confrontés à de nouvelles vagues avec l’apparition de nouvelles variantes. Cela signifie que l’économie mondiale devrait continuer à bénéficier du rebond de l’activité économique dans de nombreux pays. En revanche, les difficultés de la Chine face à Omicron pèseront sur l’économie mondiale en raison de la baisse de la consommation intérieure et de l’affaiblissement des exportations, ce qui augmentera la pression sur les transports maritimes et les chaînes d’approvisionnement.
                                                                                                            Source : QNB

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here