Les pays du Golfe tirent profit de la guerre en Ukraine qui frappe l'économie mondiale

Certains des plus grands producteurs d’hydrocarbures au monde, les États du Golfe voient des milliards de dollars s’ajouter à leurs coffres avec l’aide de l’Ukraine. Et ce, à cause des prix élevés du pétrole pendant la guerre. Ils devraient afficher leurs premiers excédents budgétaires; après huit années de crise pétrolière exacerbée par la crise liée à la pandémie.

Des recherches menées récemment par Mitsubishi Financial Group (MUFG) ont montré que les pays du Conseil de coopération du Golfe – CCG- devraient connaître une augmentation de 6,1% de leur PIB en 2022. La raison en est la hausse des prix du pétrole; ainsi que des excédents budgétaires pour la première fois depuis 2014.
A cet égard, notons que le Conseil de coopération du Golfe comprend l’Arabie saoudite, Oman, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Qatar et Bahreïn.
“Cela conduira à un excédent budgétaire global du CCG en 2022 de 27 milliards de dollars”. Ainsi a déclaré Mitsubishi Financial Group. En ajoutant que les mesures d’austérité récemment mises en œuvre ainsi qu’une augmentation du pétrole soutiendront les bilans.
Alors que la guerre en Ukraine cause des ravages à l’économie mondiale; son impact au Moyen-Orient n’a pas donc été sombre pour tout le monde.
En effet, dans un premier temps, les prix du pétrole se sont effondrés pendant la pandémie. Et ce, au milieu d’une offre excédentaire et d’une demande en baisse dans un contexte de confinement. Le prix du brut Brent de référence était de 22 dollars le baril en mars 2020. Cependant qu’au début du mois de mars de cette année, il était à son plus haut niveau depuis 14 ans. Dépassant même les 130 dollars le baril, pendant que la guerre russe en Ukraine s’intensifiait.
Les États du Golfe, qui dépendent du pétrole et du gaz pour l’essentiel de leurs revenus, sont habitués aux booms et aux crashs pétroliers. Dans le passé, ils ont redoublé leur rhétorique de diversification des revenus pendant les récessions. Mais ils ont souvent échoué à réaliser ces ambitions pendant les booms.

Ce boom sera-t-il différent?

Les analystes disent que les exportateurs de pétrole du Golfe comprennent qu’une grande partie de la demande est accessoire. Car elle est entraînée par les turbulences du marché après l’invasion russe de l’Ukraine; et qu’elle diminuera inévitablement. Ainsi, tout en encaissant leurs profits, les États du Golfe poursuivront leur politique budgétaire stricte en mettant l’accent sur la diversification économique.
“Ils ne tiennent pas ce qui se passe pour acquis. Ils utilisent le prix actuel du pétrole pour alimenter ces projets et ces plans de diversification qui les aideront lorsque le prix baissera”. C’est ce que déclarait Amina Bakr, correspondante principale de l’OPEP chez Energy Intelligence.
Dans le passé, les États du Golfe se sont engagés à augmenter les salaires du secteur public et à fournir une aide généreuse aux citoyens pendant les booms pétroliers, ignorant la diversification et le réinvestissement.
Il est peu probable que cela se produise cette fois-ci, a déclaré Omar Al-Obaidli, directeur du Centre de recherche de Bahreïn pour les études stratégiques, internationales et énergétiques.
Il a ajouté que les gains exceptionnels de la hausse des prix du pétrole “contribueront à atténuer les problèmes de budget et de liquidité à court et moyen termes. Ils contribueront aussi à retarder la nécessité d’une nouvelle restructuration financière”.

“Les économies doivent se protéger contre les baisses futures des prix du pétrole brut”

De son côté, Steffen Hertog, professeur agrégé à la London School of Economics, a déclaré: “Jusqu’à présent, les preuves sont que la politique budgétaire est menée de manière plus cohérente que lors des booms précédents. Les gouvernements s’en tiennent à leurs budgets relativement austères et il n’y a aucune indication de subventions importantes sous forme de subventions ou d’embauches dans le secteur public ou d’augmentations de salaire.”
M. Hertog a déclaré que l’état d’esprit qui prévaut actuellement dans le Golfe est que les économies doivent se protéger contre les baisses futures des prix du pétrole brut et réduire leur dépendance aux revenus pétroliers. “L’intensification du népotisme, comme cela s’est produit lors des booms précédents, nuirait à cela”, a-t-il ajouté.
“Je pense qu’ils (les États du Golfe) sont plus confiants qu’ils peuvent se permettre les prix nécessaires pour atteindre le seuil de rentabilité- environ 70 dollars le baril- pendant une période plus longue”, a déclaré S. Hertog.
Rappelons enfin que l’Agence d’information sur l’énergie, agence indépendante de la statistique au sein du ministère de l’Energie des États-Unis, s’attend à ce que les prix de référence du brut Brent atteignent en moyenne 116 dollars le baril ces mois ci. Ce qui est supérieur aux prix d’équilibre budgétaire pour tous les États du Golfe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here