Ukraine: l'armée de Poutine est à quelques kilomètres de la deuxième centrale nucléaire

Ukraine

Linda Thomas-Greenfield, ambassadrice des États-Unis auprès des Nations unies, a déclaré ce matin que les forces russes se trouvaient désormais “à 20 milles de la deuxième plus grande centrale nucléaire d’Ukraine”, avertissant d’un nouveau danger imminent. Et ce, suite à la bataille de la nuit du 3 au 4 mars à la centrale nucléaire de Zaporizhzhia.

“La communauté internationale doit être unanime pour appeler les forces russes à cesser leur assaut dangereux en Ukraine”, a-t-elle ajouté.

Le risque d’un “deuxième Tchernobyl”

L’attaque sur le site de la centrale électrique de Zaporizhzhia, dans le sud-est de l’Ukraine, suscite des craintes quant à la sécurité des centrales nucléaires du pays. Le risque d’un “deuxième Tchernobyl” sur l’un des sites ukrainiens où sont actuellement en activité des réacteurs nucléaires est une menace qui ne peut être écartée : les centrales ne sont pas conçues pour résister à une attaque militaire et si des opérations devaient endommager les dépôts qu’elles contiennent, les déchets dans l’atmosphère pourraient libérer des quantités de matières radioactives nettement plus importantes que lors de la catastrophe de 1986, provoquant une catastrophe environnementale aux proportions mondiales. Rappelons que dans toute l’Ukraine, il y a 4 centrales nucléaires et 15 réacteurs actuellement en activité.

L’OTAN n’interviendra pas en Ukraine ni sur terre ni dans l’espace aérien

La réaction de condamnation contre la Russie a été presque unanime, mais ceux qui pensent que l’intervention de l’OTAN en Ukraine sera immédiate devront revoir leurs attentes. “Nous avons la responsabilité d’empêcher cette guerre de s’étendre au-delà de l’Ukraine. Parce qu’elle serait encore plus dangereuse, plus dévastatrice et coûterait encore des souffrances humaines”. ” Nous n’intervenons donc en Ukraine ni au sol ni dans l’espace aérien “, a déclaré le secrétaire général de l’OTAN, Stoltenberg, en conférence de presse hier.
Suite à ces déclarations, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a condamné la décision de l’OTAN de ne pas établir de zone d’exclusion aérienne en Ukraine. “Aujourd’hui, la direction de l’Alliance a donné son feu vert à de nouveaux bombardements de villes et de villages ukrainiens, refusant d’établir une zone d’exclusion aérienne”, a-t-il dénoncé, selon des informations du portail Kiev Independent.
Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères italien, Luigi Di Maio, a eu des réunions avec l’OTAN, le G7 et l’UE hier à Bruxelles. Il a assuré que le G7, l’OTAN et l’UE veulent “une solution diplomatique et pacifique”.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également garanti qu’il n’y aura pas de zone d’exclusion aérienne. Il a déclaré: “Le problème avec la zone d’exclusion aérienne est qu’elle peut provoquer une confrontation militaire avec la Russie, avec des conséquences imprévisibles” et une intervention militaire “en Ukraine par des soldats britanniques, italiens, allemands et espagnols, c’est très loin”, a fait remarquer Johnson.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here