Ooredoo nie les accusations et confirme qu’elle n’a pas de connexions politiques

Ooredoo

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui 9 février, suite aux accusations rapportées par un des membres du comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, Ooredoo apporte des éclaircissements à l’opinion publique.

Ainsi Ooredoo tient à préciser un certain nombre de points :

  • Ooredoo nie l’ensemble des accusations à son encontre et à l’encontre de son directeur général Mansoor Rashid Al Khater et indique qu’elle opère en Tunisie depuis plus de vingt ans dans le respect total des législations et des normes de protection des données personnelles. L’opérateur indique qu’il n’a pas été informé d’une action en justice dans ce sens et nie toute ingérence des instances judiciaires et officielles de l’Etat,
  • Ooredoo indique que ces accusations ont pour objectif de porter atteinte au parcours d’une entreprise qui a réussi dans son secteur d’activité, ainsi que le découragement de ses équipes et l’atteinte à la crédibilité de l’opérateur sur le marché,
  • Ooredoo réitère qu’elle est un opérateur privé apolitique et nie toute connexion avec l’ensemble des partis ou organisations politiques tunisiennes ou étrangères,
  • Ooredoo rappelle qu’elle opère conformément aux normes de sécurité et de gouvernance les plus strictes et les plus transparentes dans le monde et réitère son engagement à servir les intérêts de ses clients et garantir la protection de leurs données personnelles,
  • L’opérateur indique qu’il fera les recours nécessaires devant la justice contre le membre pour ses déclarations à la presse et les accusations portant préjudice à l’image de l’opérateur et la confiance de ses clients, et ce, en recourant à l’ensemble des moyens juridiques légitimes.                                        Source : communiqué

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here