Démarrage du Projet de Protection contre les Inondations de l’Oued Medjerda

Medjerda

Une cérémonie de démarrage des travaux du Projet de Protection contre les Inondations de l’Oued Medjerda se tenait le mardi 14 décembre 2021. Et ce, en présence de:  Monsieur Elyes HAMZA, Ministre de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche Maritime; Son Excellence Monsieur SHIMIZU Shinsuke, Ambassadeur du Japon en Tunisie; les gouverneurs de l’Ariana, Bizerte et Manouba. Ainsi que Monsieur SHINOHARA Shunei, Représentant Résident de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA). 

Ce projet est financé par un prêt de la JICA à hauteur de 10 400 Millions de Yen, soit l’équivalent de 230 Millions de Dinars. Il vise à atténuer l’impact des inondations fréquentes de l’Oued Medjerda. A travers la mise en œuvre de travaux de renforcement et de réhabilitation d’infrastructure. Il couvre la zone en aval du bassin de l’Oued Medjerda (Gouvernorats de l’Ariana, Manouba, et Bizerte). Il devrait s’achever en 2025.

En effet, le bassin de l’Oued Medjerda couvre une superficie totale de 23 700 km2 (dont 1/3 se trouve en Algérie). Il se situe dans les régions du Nord où les précipitations sont relativement élevées. Et il constitue une source d’approvisionnement en eau importante pour la Tunisie. Sa réhabilitation et son aménagement contribueront à la réduction des inondations. De même qu’au développement économique et social de la Tunisie.

La limitation des ressources hydriques

Ouvrant la cérémonie, le ministre de l’Agriculture a mis l’accent sur « l’aspect stratégique de la protection contre les inondations. Ainsi que sur la lutte contre la sédimentation des barrages. Il est actuellement en cours d’examen dans le cadre du partenariat tuniso-japonais. Tout en prenant en compte la limitation des ressources hydriques. Et au vu de la pression continue pour satisfaire les besoins croissants de tous les secteurs économiques et sociaux; en parallèle avec l’impact des changements climatiques ».

De son côté, l’Ambassadeur du Japon précisait que le Gouvernement japonais avait reçu la requête pour la mise en œuvre de ce projet lors de la TICAD 5 en 2013. Et ce, suite aux inondations dévastatrices de 2012. Il a indiqué qu’il est heureux du lancement de ce projet avant la TICAD 8. Laquelle se tiendra en Tunisie en 2022.

Le Représentant Résident de la JICA a noté que ce nouveau projet vise à renforcer la capacité du barrage Sidi Salem. Par l’aménagement des infrastructures devant servir à la réduction de la sédimentation. Il fera également partie intégrante de la lutte contre les inondations dans ces régions.

Enfin, notons que la JICA est un partenaire majeur travaillant sur la réalisation de plusieurs projets. Lesquels sont destinés à assurer la maîtrise des ressources hydriques, y compris la lutte contre des inondations.

D’après communiqué

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here