Les impacts économiques du changement climatique en Tunisie

Changement climatique L'Economiste Maghrébin
Irrigation de plantations d'oliviers dans le sud tunisien (Médenine)

« Une élévation de la mer de 50 cm pourrait entraîner des pertes évaluées à 3,6 milliards de dinars dans le tourisme tunisien ». C’est ce qui ressort d’une étude intitulée: « Les impacts économiques du changement climatique en Tunisie: Risques et Opportunités ».

Ce rapport sur l’impact économique du changement climatique vient suite à une commande du ministère de l’Environnement. Avec l’appui de l’ambassade du Royaume-Uni.

Tourisme tunisien: des pertes évaluées à 3,6 milliards de dinars

« Le tourisme représente 14,2% du PIB national. Il risque de perdre près de 1000 emplois par an ». C’est ce qu’alerte encore l’étude.

Il en ressort que « la Tunisie reste très exposée au changement climatique. Son climat sera plus chaud et plus sec. Et ce, avec des modifications des principales précipitations saisonnières.

Le pays sera également exposé à l’élévation du niveau de la mer et à l’augmentation de la salinité et de l’acidification ».

« Le secteur agricole pourrait accuser des pertes économiques équivalant à 5-10% du PIB sectoriel d’ici 2030. Et ce, en raison du dérèglement climatique.

En effet, ces pertes résultent des impacts combinés de la dégradation des ressources en eau et des nappes phréatiques, de la baisse des rendements, de la réduction de la superficie des cultures arboricoles et céréalières et de l’augmentation des risques d’incendie ».

« Les estimations des pertes d’emplois dans le secteur agricole varient entre 8 250 et 16 500 emplois. Elles peuvent atteindre 37 000 emplois. Et ce, en cas de sécheresse majeure ».

Exportations de l’huile d’olive: des pertes estimées à 228 millions de dollars d’ici 2100

Selon l’étude, « la production d’olives et d’huile d’olive sera aussi affectée par la disponibilité de l’eau et l’augmentation du nombre de journées chaudes. C’est l’un des principaux effets du climat sur les agriculteurs. Il pourrait entraîner ainsi des pertes d’exportation annuelles de l’ordre de 228 millions de dollars d’ici 2100 ».

« Il en est de même pour la production céréalière. Celle-ci sera sévèrement touchée. Et ce, avec des réductions estimées à 30-50% de la contribution au PIB agricole d’ici 2100 et 30% de pertes d’emplois d’ici 2050. Cela mettra davantage en péril l’autosuffisance. Ce qui augmentera aussi la dépendance à l’égard des importations ».

S’agissant du secteur de la pêche, « il risque de perdre 15 000 ha d’exploitation, rien qu’au niveau de l’archipel de Kerkennah et 50% de la zone d’activité destinée à l’extraction de palourdes ».

Défis climatiques

La ministre de l’Environnement, Leila Chikhaoui Mehdaoui a déclaré, à cette occasion, que « les répercussions du changement climatique sur la sécurité alimentaire et les ressources hydriques, l’environnement et les activités économiques, sociales et de santé publique, prouvent que les défis climatiques représentent, sans le moindre doute, une menace réelle pour la planète, ainsi que pour développement du pays ».

Elle a, en outre, souligné dans ce contexte que cette étude vient confirmer la nécessité d’introduire la variable changement climatique dans tous les secteurs d’activité. Et ce, conformément aux orientations et aux engagements fixés dans le cadre du plan national, lequel ambitionne de réaliser une baisse de 45% de l’intensité de CO2 d’ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050.

Transition à faible émission de carbone

L’ambassadeur britannique par intérim, Matthew Forman, a affirmé que ces rapports fournissent des données démontrant clairement qu’une transition à faible émission de carbone ne serait pas seulement bénéfique pour l’environnement. Mais aurait aussi un impact positif sur la qualité de vie et les moyens de subsistance des Tunisiens.

Il a, à cet égard, souligné que son pays apportera un soutien à la Tunisie. L’objectif étant de limiter les effets du changement climatique et de réduire les émissions de carbone.

Avec TAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here