Enjeux de la CDN tunisienne actualisée

CDN

Pour atteindre l’objectif de contenir le réchauffement climatique dans une fourchette de 1,5°C à 2°C, tous les pays ayant ratifié l’Accord de Paris ont été invités à élaborer, communiquer et mettre à jour, tous les cinq ans, leur contribution déterminée au niveau national – CDN.

Adopté en décembre 2015, l’Accord de Paris a constitué un véritable tournant historique dans l’adoption des politiques publiques de lutte contre les changements climatiques. L’objectif ultime de cet accord est d’aligner à terme l’évolution des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) sur une trajectoire permettant de contenir le réchauffement climatique dans une fourchette de 1,5°C à 2°C. Pour atteindre cet objectif, tous les pays ayant ratifié l’accord de Paris ont été invités à élaborer, communiquer et mettre à jour, tous les cinq ans, leur CDN.

En effet, la CDN représente la pierre angulaire de la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Il s’agit d’un document stratégique qui décrit les efforts à consentir selon les circonstances nationales pour contribuer à l’atteinte des objectifs de l’accord de Paris. Et ce, en matière de lutte contre les changements climatiques.

Face à l’urgence climatique, l’année 2021 représente une année charnière pour le rehaussement de l’ambition climatique des CDN. Et ce, sur la base d’un développement durable concerté et socialement équitable. Conformément à l’article 4.3 de l’Accord de Paris, tous les pays sont appelés à soumettre leur CDN actualisée (ou nouvelle CDN), avant la tenue de la COP 26 prévue à Glasgow au mois de novembre 2021.

Pour la Tunisie, la mise à jour de la première CDN représente une véritable opportunité pour amorcer une transformation profonde de son système énergétique et aligner progressivement son économie sur une trajectoire de neutralité carbone visant un développement résilient à faible émission de GES.

Par rapport à la première CDN soumise en 2015, le processus de préparation de la CDN actualisée se caractérise par une concertation élargie, un objectif ambitieux et des enjeux de mise en œuvre aussi bien climatiques, techniques, économiques que sociétaux.

Une concertation élargie

Avec l’appui du PNUD et sous l’égide du ministère des Affaires locales et de l’Environnement, la mise à jour de la CDN a été soumise à une large concertation durant une année (octobre 2020-septembre 2021) et qui a permis l’implication de l’ensemble des parties prenantes concernées par la problématique des changements climatiques. A titre illustratif, l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Energie (ANME) a piloté le processus de consultation concernant la mise à jour de la CDN dans le secteur de l’énergie, à travers la mise en place d’un ensemble de groupes de travail ayant participé aux travaux portant sur les thèmes suivants :

– La construction d’un scénario socioéconomique d’encadrement;

-L’élaboration de deux scénarios énergétiques différenciés sur la politique d’atténuation. Un scénario de référence et un scénario bas carbone;

– Le recours à la modélisation (modèle Enermed et modèle ThreeMe) et aux outils de prospective portant sur l’élaboration des bilans énergétiques prospectifs, la simulation des émissions de GES et l’évaluation des impacts macroéconomiques de la CDN;

– La simulation sectorielle des émissions de GES selon les directives et la méthodologie préconisée par le GIEC (groupes sectoriels pour l’industrie, le transport, le bâtiment et la production d’électricité).

Le rehaussement de l’ambition climatique

En dépit de sa faible contribution aux émissions mondiales qui ne dépasse pas 0,07%, la Tunisie a relevé à la hausse l’objectif de la première CDN (baisse de l’intensité carbone de 41% entre 2010 et 2030). Et ce, en couvrant un périmètre exhaustif de l’ensemble des secteurs concernés par l’atténuation (énergie, déchets, procédés industriels et AFAT).

Les enjeux de la mise en œuvre de la CDN

Le secteur de l’énergie représente le fer de lance de l’atteinte de l’objectif ambitieux de la CDN. Et ce, à travers l’amélioration de l’efficacité énergétique dans l’ensemble des secteurs économiques et le recours massif aux énergies renouvelables, particulièrement pour la production d’électricité. La mise en œuvre de la CDN permet à la Tunisie de s’engager résolument dans l’accélération de la transition énergétique et conduire le système énergétique dans une vision de transition bas carbone de long terme. En termes de développement durable, les retombées de la mise en œuvre de la CDN dans le secteur de l’énergie se traduisent particulièrement par une amélioration de la balance commerciale, une croissance économique additionnelle, la création de nouveaux emplois et la réduction de la précarité énergétique.

Il est à signaler que la CDN tunisienne actualisée repose sur l’amorce des ruptures technologiques en relation avec la transition bas carbone. Elle prend en considération la dimension genre et recommande le recours au financement innovant pour concourir à l’atteinte de l’ambition climatique.

Bien qu’il y ait une révision à la hausse de l’ambition climatique, un effort considérable reste à consentir pour accompagner la mise en œuvre de la CDN et transformer l’objectif climatique ambitieux en résultats concrets. Plusieurs étapes clés restent à franchir pour passer de la programmation des mesures à la concrétisation des actions. A ce titre, le PNUD envisage d’appuyer le gouvernement tunisien dans la réalisation d’un ensemble d’activités, notamment :

– L’élaboration d’un plan d’action visant la programmation pluriannuelle de la mise en œuvre de la CDN actualisée durant la prochaine décennie;

– L’appui au secteur privé et aux institutions financières dans la mise en œuvre de la CDN actualisée;

– L’élaboration d’un plan d’investissement détaillé par secteur pour l’accélération de la mise en œuvre de la CDN dans les secteurs de l’énergie et des procédés industriels;

– L’élaboration d’un portefeuille de projets et la conception des mécanismes de financement innovants pour appuyer la concrétisation de la CDN dans les secteurs de l’énergie et des procédés industriels;

– La mise à jour de la stratégie nationale bas carbone (SNBC) dans le secteur de l’énergie, dans une optique de neutralité carbone d’ici 2050;

– L’élaboration d’une stratégie de réduction de la précarité énergétique pour améliorer le niveau de vie des ménages défavorisés;

– L’accompagnement des villes et des territoires dans la mise en œuvre de la CDN actualisée.

Dans un contexte marqué par les impacts négatifs de la pandémie de Covid-19 sur le développement socioéconomique du pays, la mise en œuvre de la CDN actualisée représente une opportunité inédite pour soutenir une reprise économique verte. Et jeter ainsi les bases d’une transition bas carbone en Tunisie. L’atteinte de l’objectif ambitieux de la CDN devrait se traduire par une panoplie de retombées positives. Notamment une réorientation des investissements vers les technologies bas carbone, une croissance économique additionnelle, la création de nouveaux emplois et la réduction des inégalités sociales.

                        Par Alissar Chaker Représentante Résidente   Adjointe PNUD Tunisie

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here