Les pays maghrébins adhèrent à l’Initiative maghrébine pour les eaux non conventionnelles

pays maghrébins eaux

Les pays maghrébins annonçaient, lundi, leur adhésion à l’Initiative maghrébine pour les eaux non conventionnelles IMENCO. Celle-ci a été lancée le 22 mars 2021. Objectif: faire face à la rareté de l’eau.

Le bureau de la FAO pour l’Afrique du Nord publiait un communiqué dans lequel il précisait: « Cette annonce a été faite au terme des travaux du Dialogue politique maghrébin de haut niveau. Lequel se déroulait, lundi, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’eau. L’objectif était de présenter les visions, les orientations stratégiques et les approches adoptées. Et ce, pour l’utilisation du potentiel de ces ressources en eaux non conventionnelles. »

Ainsi, ce sont la FAO et l’Union du Maghreb Arabe (UMA) qui propose cette initiative maghrébine. Elle permettra de renforcer la coopération maghrébine. Et ce, à travers la mise en place d’un comité technique permanent, spécialisé dans le domaine des eaux non conventionnelles au sein de l’UMA.

En outre, elle prévoit la création d’un Pôle d’Excellence Maghrébin pour la réutilisation des eaux non conventionnelles. Il se basera sur le développement et l’interconnexion des sites pilotes d’excellence à travers la région de l’UMA.

Faire face à la rareté de l’eau

La FAO a fait savoir également qu’une « Plateforme collaborative maghrébine sera créée comme mécanisme du Pôle d’excellence maghrébin pour les eaux non conventionnelles ». Elle cible une capitalisation des expériences des dernières décennies. Elle vise aussi à favoriser des échanges de bonnes pratiques; ainsi que le partage de connaissances et des résultats de recherche.

Par ailleurs, notons que le potentiel des eaux non conventionnelles peut accroître la disponibilité de l’eau pour des usages variés, sanitairement sûres, économiquement rentables, écologiquement durables et bénéfiques pour la société et l’environnement dans son ensemble. En effet, ces ressources en eau peuvent contribuer à l’adaptation aux changements climatiques et à l’atténuation de ses impacts.

Enfin, soulignons que la rareté de l’eau est endémique dans la région du Maghreb. Celle-ci possède l’une des plus faibles réserves de ressources en eau douce au monde. Sachant que la disponibilité en eau a diminué des deux tiers au cours des 40 dernières années. Et ce, en raison de changement climatique et des besoins de plus en plus importants.

Avec TAP

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here