L’OBS dénonce le harcèlement des défenseurs des droits humains en Tunisie

droits humains

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (OBS) dénonce le harcèlement des défenseurs des droits humains en Tunisie. Et plus spécifiquement, la persécution systématique des militants LGBTQ+.

L’observatoire a appelé les autorités tunisiennes à « libérer immédiatement et inconditionnellement les défenseurs arbitrairement détenus; et ce, en raison de leur activisme pacifique. De même qu’à cesser le harcèlement judiciaire à leur encontre ».

« Depuis les manifestations organisées en janvier dernier dans le cadre de la commémoration des 10 ans de la révolution tunisienne, les attaques contre de nombreux défenseurs des droits humains, en particulier des militants LGBTQ+, se sont intensifiés », ajoute l’observatoire.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (OMCT-FIDH) s’inquiète aussi de l’augmentation de cette violence. Ainsi, il appelle les autorités tunisiennes à cesser tout harcèlement et à libérer immédiatement les défenseurs détenus.

En effet, dans les semaines qui ont suivi le 14 janvier 2021, des groupes de jeunes issus de quartiers défavorisés ont manifesté dans la rue. Et ce, afin de dénoncer leur marginalisation économique et politique; ainsi que les violences policières et l’impunité régnant en Tunisie.

Riposte sécuritaire

Alors, dans une vague de répression de ces protestations, les autorités procédaient à l’arrestation de près de 1500 manifestants, souvent violemment. Elles les ont interrogés sans avocat. Elles ont contraint certains d’entre eux à signer des procès-verbaux.

En réaction à cette répression et en soutien aux victimes, de nombreux défenseurs des droits humains sont descendus à leur tour dans la rue. « La riposte sécuritaire et le harcèlement de ces acteurs se sont intensifiés, accompagnés d’autres arrestations arbitraires. En particulier à l’égard de membres de DAMJ, l’Association tunisienne pour la Justice et l’égalité; déjà fréquemment harcelés ces dernières années pour leur défense des droits des personnes LGBTQ+ », s’inquiète l’observatoire.

Sachant que l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme est un partenaire de la FIDH et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT). Il a vocation à protéger les défenseurs des droits de l’Homme victimes de violations et à leur apporter une aide aussi concrète que possible.

Enfin, l’OMCT et la FIDH sont membres de ProtectDefenders.eu. C’est le mécanisme de l’Union européenne pour les défenseurs des droits de l’Homme. Il est mis en œuvre par la société civile internationale.

M.T

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here